Svetlana, un village utopique

11 juillet 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Svetlana, un village utopique

Mary Gelman, photographe et sociologue russe, s’intéresse particulièrement aux relations humaines. Dans sa série Svetlana, elle part à la découverte d’une communauté autonome, composée de personnes souffrant de troubles mentaux.

Alors qu’elle est encore étudiante, Mary Gelman accumule les petits boulots. Cette vie bien remplie la propulse dans un monde en pleine effervescence. « J’assistais à tellement de moments spéciaux, parfois absurdes, parfois miraculeux », se souvient-elle. « Aujourd’hui, je me définis comme une observatrice passionnée ». Son appareil photo toujours à la main, elle tente de comprendre son environnement social. En 2016, au cours de ses recherches, elle découvre Svetlana, un « village social » – une communauté autonome vivant loin du monde moderne – situé dans l’oblast de Leningrad, en Russie. Un lieu créé dans le but d’aider les personnes souffrant de troubles mentaux. « Le village leur donne l’opportunité de vivre librement, tout en étant aidés par des tuteurs et des volontaires », explique Mary. « Ici, personne n’est contrôlé, et les portes sont ouvertes à tous. Les résidents ne sont pas catégorisés, il n’y a ni « sain », ni « malade », seulement des individus ».

S’intégrer à la communauté

Svetlana est une communauté autonome. La quarantaine de résidents cultive elle-même sa nourriture. Dans ce lieu utopique, les différences sont effacées, et les hommes exercent le métier qu’ils souhaitent, sans interdit. « Dès mon premier séjour là-bas, je suis tombée amoureuse de cet endroit », confie la photographe. Pour elle, le village existe en dehors du monde moderne. Un paradis « qui agrandit notre perception et détruit nos images préconçues du comportement humain ». Lorsqu’elle photographie les habitants de Svetlana pour la première fois, ceux-ci posent et sourient. Pourtant, alors que ses visites deviennent habituelles, la photographe devient l’une des leurs, et capture des instants intimes et tendres. « Nous parlions beaucoup ensemble, et j’ai appris à les connaître », ajoute-t-elle. Svetlana fait partie du mouvement Camphill, inspiré par la philosophie du sociologue autrichien Rudolph Steiner. La communauté représente un refuge, parmi cent autres, installés dans vingt pays différents. « Le mouvement met en lumière le développement d’une communauté à travers l’art et la culture de la terre », précise Mary. Loin des préjugés, les habitants apprennent à se faire confiance, à évoluer ensemble, comme si, coupée du monde, l’intolérance s’effaçait.

© Mary Gelman© Mary Gelman

© Mary Gelman

© Mary Gelman© Mary Gelman

© Mary Gelman

© Mary Gelman© Mary Gelman
© Mary Gelman

© Mary Gelman© Mary Gelman

© Mary Gelman

Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill