Tableaux d’un monde rural en perdition

11 septembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tableaux d’un monde rural en perdition

Habitué des voyages en terres lointaines, Antoine Béguier a tourné son objectif vers les campagnes françaises. Dans La traversée des ombres, il capture des régions à la beauté flétrie, victimes de la désertification et du réchauffement climatique.

Auteur français installé à Bruxelles, Antoine Béguier a découvert la photographie documentaire durant ses études, à Calcutta. « C’était en 2013, malgré ma timidité, et mon arrivée dans un pays que je ne comprenais pas, l’appareil photo est devenu un puissant sésame. Il permet des rencontres incroyables et donne accès à des lieux a priori inaccessibles », raconte-t-il. Depuis, il ne cesse de voyager et de capturer des zones en marge. De l’Iran à l’Asie centrale, il photographie le réel, l’instantané. « Je pars de l’anecdotique et de l’intime pour rendre compte d’une situation plus générale. Je reste factuel en montrant, avec sensibilité, ce que vivent les gens », précise-t-il.

En été 2020, Antoine Béguier rompt avec ses habitudes et part à la découverte de son propre pays : la France. Un périple en terres agricoles, là où l’urbain ne domine pas la nature. « Argonne, Morvan, ou Aubrac sont devenues de nouvelles invitations à l’exotisme », s’amuse-t-il. Au cours de son voyage, le photographe est confronté à l’exode rural, l’isolation, et au poids d’une énième canicule. Des enjeux – pourtant alarmants – qui restent cachés à l’ombre des arbres, loin des métropoles francophones.

© Antoine Béguier

Les campagnes se vident

Picturale et intimiste, la Traversée des ombres part à la rencontre des acteurs de ces territoires oubliés. Ceux qui ont délaissé la frénésie citadine pour le monde rural. « Nous avons soit une image romantique, soit une perception décliniste de la ruralité. De tous les gens que j’ai rencontrés, aucun ne souhaite quitter la campagne. Tous louent une qualité de vie extraordinaire, la beauté du quotidien, et sont attachés à la spécificité de leur terroir », explique l’auteur. Pourtant, les difficultés sont réelles. Durant un mois – et les semaines d’août les plus chaudes – Antoine Béguier en a découvert la portée. « Ce parcours m’a confirmé deux choses : les campagnes se vident, et les terres s’assèchent », confie-t-il. Pressés par les conditions climatiques déclinantes, les habitants font face à des terres flétries, et une récolte plus faible. Seuls, au cœur de leurs hectares de terrain, ils s’enfoncent dans la solitude, et doivent faire preuve de résilience. « En faisant le calcul, la densité de mon parcours était d’environ 9 habitants au km2, soit un peu plus que la densité du Kazakhstan ! », précise le photographe.

Comment faire face à un futur incertain ? Peut-on sauver les campagnes du réchauffement climatique ? Est-il déjà trop tard ? Avec un regard humain, et des compositions pittoresques, Antoine Béguier met en lumière ces incertitudes. À la lumière du soleil estival, rougeoyant et brûlant, et des bougies qui éclairent les veillées en extérieur, il fait le portrait d’une population effacée, et d’un paysage brut, malmené par une température écrasante. « J’ai passé mon été à lire Camus. Ses descriptions du soleil sombre d’Algérie, de la chaleur, de l’aridité ont fait écho à cette situation », ajoute l’auteur. Présence bienveillante comme menaçante, l’astre conté par Camus se fait allégorie des campagnes françaises. Des régions portées par les rêves des résidents, qui s’éteignent, et s’éloignent, peu à peu.

© Antoine Béguier

© Antoine Béguier

© Antoine Béguier© Antoine Béguier

© Antoine Béguier© Antoine Béguier

© Antoine Béguier© Antoine Béguier

© Antoine Béguier© Antoine Béguier© Antoine Béguier

© Antoine Béguier

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La FUJIKINA ou le pouvoir de la création d'images
© Laura Bonnefous
La FUJIKINA ou le pouvoir de la création d’images
Amateurices passionné·es, professionnel·les aguerri·es... quel que soit votre horizon, la FUJIKINA vous accueille pour sa nouvelle...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #460 : sortir du réel
© Jared Cobb / Instagram
La sélection Instagram #460 : sortir du réel
Si la photographie permet de se rapprocher le plus possible du réel, elle capture aussi des mondes fictifs, des pensées illusoires et des...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l'œil d'Igor Furtado : expressions queer tropicales
© Igor Furtado, Corpo Trópico
Dans l’œil d’Igor Furtado : expressions queer tropicales
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Igor Furtado. Le photographe célèbre la beauté des communautés LGBTQIA+ brésiliennes, toujours en...
24 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
10/10 pour la jeune création contemporaine
© Sofiya Loriashvili
10/10 pour la jeune création contemporaine
Pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024, Archevêché by Fisheye présente une série de rendez-vous incontournables ! Parmi...
24 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine