Tacita Dean ou l’insaisissable fragilité de l’être

30 mai 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Tacita Dean ou l'insaisissable fragilité de l'être

Jusqu’au 18 septembre prochain, découvrez des œuvres inédites conçues par Tacita Dean, sur l’invitation de la Bourse de Commerce – Pinault Collection. L’artiste présente un travail aussi monumental que sensible, à la précision technique remarquable, intitulé Geography Biography.

En écho à l’exposition collective en cours Avant l’orage, qui se tient à la Bourse de Commerce depuis février dernier, Pinault Collection a souhaité donner carte blanche à la grande artiste britannique Tacita Dean. Celle-ci représente le paysage, en lien avec ses obsessions : l’écoulement du temps, la puissance paradoxale de la lenteur, la beauté de la nature et la menace que nous faisons peser sur celle-ci. Du dessin au collage, de la photographie au film, Tacita Dean, active depuis le début des années 1990, trouve mille et une manières extraordinaires d’exprimer la subtilité de ses questionnements.

Plusieurs œuvres inédites sont à découvrir dans la Galerie 2 et la rotonde de l’édifice situé au cœur du premier arrondissement parisien, rassemblées sous le nom de Geography Biography. Cette entreprise, elle la décrit comme « un journal intime très, très long », composé de dessins à la craie sur tableau noir (The Wreck of Hope, 2022), extrêmement réalistes, d’un film 35 mm (Geography Biography, 2023), ainsi que d’immenses tirages de cerisiers japonais, dont les branches et les fleurs ont été intensifiées par le travail au crayon de couleur (Sakura Study ; Small Sakura Study, 2022), ou encore plusieurs estampes (Summer Memory, 2023). À chacune de ces différentes étapes correspondent les quatre saisons occidentales traditionnelles. Tacita Dean emprunte les chemins de la grande histoire, pour remonter jusqu’à l’intimité de sa propre vie, et matérialise la précarité de l’art comme celle de sa grande muse, la nature.

© Tacita Dean

© Sakura Study (Taki I), 2022

Beauté et menace, sacralité et vulnérabilité

Pouvons-nous pleinement ressentir que la nature prend vie, à travers seulement quatre saisons ? Derrière l’œuvre atmosphérique de Tacita Dean se situe une ambition singulière : saisir par l’art la fugacité de chaque période de l’année. « Au Japon, il n’y a pas moins de soixante-douze saisons », rappelle Emma Lavigne, directrice générale de Pinault Collection et ancienne présidente du Palais de Tokyo. Deux photographies colossales d’arbres millénaires, accentués par le crayon de Tacita Dean, s’offrent aux regards comme une apparition méditative. De grandes béquilles, que l’artiste est venue souligner à la craie, soutiennent ces êtres ancestraux, à la fois figurés dans toute leur précarité, et rendus divins par une impression de lévitation. « Toutes les choses qui m’attirent sont sur le point de disparaître », déclare l’artiste. Cette question de la représentation du temps redouble d’importance à l’ère du changement climatique. À l’heure de l’anthropocène et du capitalocène, Tacita Dean dépeint le naufrage de l’espoir, selon le titre d’un ensemble de ses dessins, représentant des glaciers en train de s’effacer (The Wreck of Hope).

Quelque chose de l’ordre de l’éloge de la lenteur se dégage de l’œuvre de Tacita Dean, pour qui « les évènements de sa vie sont consubstantiels à son travail », explique Emma Lavigne. Atteinte en effet d’une maladie depuis très jeune, l’effort corporel qu’elle doit fournir l’engage toute entière dans celle-ci. Ces dessins et ces photographies, sur lesquel·les elle repasse chaque jour à la main, deviennent une manière « d’apporter elle-même un soin à la fragilité », poursuit-elle. En éprouvant physiquement la création, en se mettant directement en prise avec la patience qu’elle requière, et en désirant ainsi déjouer la frénésie consommatrice et la logique de dématérialisation de l’image, Tacita Dean est aussi délicate que radicale.

Se confronter au temps physique, c’est également ce que l’artiste entreprend avec une fusion d’extraits de ses premiers films tournés en Super 8, et refilmés en 35 mm – médiums eux aussi menacés par l’obsolescence. Présenté sous forme de diptyque, au rythme de vingt-quatre images par seconde, il reconstitue des fragments de sa vie et des paysages qu’elle a traversés. Tacita Dean aura imaginé un dispositif cinématographique spécifiquement pour la Rotonde, puisque le film est lui-même mis en rotation à l’intérieur de celle-ci. Annihiler la fixité, représenter le mouvement perpétuel, tout en faisant l’éloge de la contemplation lente des choses : ainsi se révèle toute la virtuosité du travail d’exploration du visible qu’entreprend l’artiste.

© Tacita Dean

© Small Sakura Study (Jindai I), 2022

© Tacita Dean

© Foreign Policy, 2016, dessin à la craie

© Tacita Dean© Tacita Dean

© The Wreck of Hope (2022), dessins à la craie

© Tacita Dean

© Tacita Dean

© Tacita Dean

© Geography Biography (2023), film 35 mm

© Tacita Dean

© Summer Memory (2023), estampe

© Tacita Dean / Courtesy of Bourse de Commerce – Pinault Collection

Explorez
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
29 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet