The Pigment Change : Almudena Romero et ses feuilles de déroute

21 décembre 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
The Pigment Change : Almudena Romero et ses feuilles de déroute
© Almudena Romero
© Almudena Romero

Sur les feuilles, délicates, aériennes, des mains exécutent comme une danse, la peau traversée par les nervures végétales. Plus loin, ce sont des photos de famille qui semblent pixelisées, puis s’évanouissent progressivement, absorbées par une matière vivante – du cresson. Le chapitre suivant donne à voir la naissance et le développement d’une feuille, dont les images quasi abstraites, traversées par une tige d’un vert vif et profond, éclatent de vie. Enfin se déroule sous nos yeux la mue d’un poinsettia, du vert de l’été au rouge de l’automne, avant le printemps où il se défait de sa luxuriante parure blanche pour recommencer le cycle.

Sur la couverture de The Pigment Change figure bien un nom d’autrice : Almudena Romero. Mais comme elle le dit elle-même, les artistes et créatrices de ce travail, ce sont les plantes. Et ce livre sonne comme un manifeste. À travers une recherche menée en partie dans le jardin de sa grand-mère, dans des contreforts montagneux d’Espagne où elle a installé son atelier, et mue par ses convictions, voire une approche radicale, Almudena Romero nous invite à une réflexion sur les fondements, les fonctionnements et l’avenir incertain de nos sociétés dans un contexte d’économie globale, de réchauffement climatique et d’anthropocentrisme. En partant de la démarche qui consiste à mettre au jour le potentiel artistique des plantes et leur intelligence, elle balaie tout un éventail de questionnements : la position dominante que l’homme s’arroge par rapport aux autres espèces, notre cécité face au monde végétal, l’impact écologique et sanitaire du processus photographique traditionnel, la finalité muséale, l’écoanxiété, jusqu’au geste politique que représente le choix de la non-parentalité.

De « The Act of Producing » à « Faire une photographie », en passant par « Family Album » et « Offspring », les quatre chapitres composant The Pigment Change visent à nous faire prendre conscience de la catastrophe climatique à travers le prisme de l’art – ses moyens de production, comme le concept d’œuvre pérenne. Pour Almudena Romero, l’heure est aux matériaux non toxiques et à l’éphémère, qui mettent celui ou celle qui regarde face à l’impermanence du monde et s’opposent à la marchandisation. S’inspirant des capacités d’adaptation et des stratégies de reproduction des plantes – dont certaines cessent de se multiplier dans un contexte hostile –, militant pour la reconnaissance de l’intériorité des espèces non humaines ou animales, activiste par sa décision de reconnaître que le désastre écologique a débuté et donc de renoncer à être mère, Almudena Romero raconte comment ses recherches sur les plantes ont changé son regard sur sa pratique. Étayé par les échanges engagés avec la biologiste Monica Gagliano, le philosophe Michael Marder, le conservateur Martin Barnes et la psychothérapeute Caroline Hickman, son propos nous invite à déplacer le nôtre.

Cet article, rédigé par Carole Coen, est à retrouver dans notre dernier numéro, disponible ici.

© Almudena Romero
© Almudena Romero
© Almudena Romero

© Almudena Romero

© Almudena Romero
© Almudena Romero
© Almudena Romero

© Almudena Romero
© Almudena Romero

À lire aussi
Focus #66 : Almudena Romero et ses photographies sur plantes
06:41
© Fisheye Magazine
Focus #66 : Almudena Romero et ses photographies sur plantes
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Cette semaine, Almudena Romero décline, dans The Pigment Change, des créations aussi intrigantes que…
29 novembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Almudena Romero, lauréate 2020 de la Résidence BMW
Almudena Romero, lauréate 2020 de la Résidence BMW
La Résidence BMW a dévoilé le nom de sa lauréate 2020 : Almudena Romero. Une artiste plasticienne mêlant anciens procédés et nouvelles…
20 mai 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Pigment Change
Almudena Romero
Fisheye Éditions
308 pages
65€ – 120€
Explorez
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine