Trax : un nouveau souffle

23 décembre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Trax : un nouveau souffle

Trax, magazine dédié à la musique électro, a profité de la crise sanitaire pour se réinventer. Une nouvelle formule instaurant un dialogue entre les médiums, et offrant à la photographie une place de choix.

Depuis 1997, le magazine Trax se consacre au monde de la nuit, à la musique électronique et aux cultures qui gravitent autour d’elle. À l’annonce du confinement, et de la fermeture des clubs, des concerts, l’équipe a accusé le coup. Le monde de la fête n’est-il donc pas important ? L’art non essentiel ? Doit-il être terni par des idées préconçues, et un gouvernement peu soucieux d’aider les créateurs ? « Nous avons saisi l’occasion pour créer un nouvel objet, plus classe, qui s’apparente davantage à l’idée de revue », confie Simon Clair, le rédacteur en chef de Trax.

« Tout va bien », le dernier numéro, illustre cette volonté de refonte. Lourd volume de 240 pages, il s’impose comme un ouvrage explorant un univers musical en pleine transformation. « Nous ne souhaitions pas nous enfermer dans une seule esthétique, et nous avions envie de questionner la musique électro, nous diriger vers des sujets sociétaux. Le format change également du tout au tout : nous passons d’une publication mensuelle à une parution tous les six mois », précise Simon Clair.

© Quentin Lacombe

© Quentin Lacombe

Une ouverture sur le monde

Au cœur de « Tout va bien » – Trax n°231 – se trouve une volonté de repenser la manière dont la musique, et ses communautés sont représentées. « Nous avons notamment fait évoluer notre rapport au 8e art en publiant de longs portfolios. Nous présentons en parallèle des séries de photographes, ainsi que des commandes traitant de sujets d’actualité », explique le rédacteur en chef. Parmi les thèmes traités dans cet opus, la libération de la parole dans le monde de la nuit. « Nous y traitons des notions d’émancipation et d’inclusivité », ajoute-t-il. Un dossier exposant les témoignages de nombreuses femmes du milieu, prêtes à élever leur voix pour atteindre l’égalité. Focus également, sur Vinca Petersen, et son livre, No System. Un ouvrage retraçant dix ans de sa vie, passés à organiser des free parties. Un album de famille aussi personnel que nostalgique. « Notre nouvelle formule instaure aussi des dialogues entre passé et présent, s’intéresse à l’histoire des clubs, à leur résonance avec l’actualité », poursuit Simon Clair. Parmi ces lieux, le B018, club mythique de Beyrouth, détruit par l’explosion qui ravagé la capitale libanaise. Pensée comme une véritable ouverture sur le monde, la nouvelle formule de Trax tisse d’ores et déjà des liens entre les médiums, les artistes, et apporte un nouveau souffle à une scène mise à mal par la crise sanitaire.

© Rebekka Deubner© Rebekka Deubner

© Rebekka Deubner

© Vinca Petersen© Vinca Petersen

© Vinca Petersen

Image d’ouverture : © Vinca Petersen

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
À l'instant   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
Il y a 8 heures   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet