Une Amérique figée dans son passé

10 avril 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Une Amérique figée dans son passé

Inspiré par le contexte actuel, Nicolas Seurot a réalisé Washed Out, une collection d’images picturales représentant une Amérique vétuste et délavée. Un projet interrogeant la pertinence de la politique états-unienne.

Paysages déserts, voies de fer rouillées, motels abandonnés… Dans les photographies de Nicolas Seurot, les symboles américains – synonymes de liberté et de force – sombrent dans un passé lointain. Fasciné par les États-Unis, le photographe français a déjà réalisé plusieurs projets de l’autre côté de l’Atlantique. « J’en avais une vision idéalisée, inspirée par la pop culture, la modernité technologique, le rêve américain. J’ai été piqué par les séries des années 1970 et 1980, les productions d’Amblin Entertainment, et les livres photographiques d’Eggleston, Shore, ou encore Meyerowitz », explique-t-il. Au fil de ses voyages, cependant, se dessine une autre Amérique, « plus vétuste et délavée… Mais ce n’est pas pour me déplaire », précise l’auteur.

Washed Out est née à la suite d’un autre projet, Westland, publiée sous la forme d’un livre et retranscrivant sa vision de l’Ouest américain. « Mais il lui manquait un traitement plus ancré dans la notion de temps », explique l’artiste. Sensible à la mélancolie, ce dernier se plaît à créer des images intemporelles. Au cœur de ces paysages millénaires, il retrouve un certain réconfort, une joie profonde. « J’ai donc réutilisé des images de cette première série, ajouté des photos réalisées ultérieurement au Texas et je leur ai offert un rendu pictural, pour figer ce territoire dans son passé », précise-t-il.

© Nicolas Seurot

Une politique délavée

Influencé par son travail dans les Visions Passéistes, Nicolas Seurot transforme les panoramas américains en véritables peintures. « J’ai choisi cette fois de moins jouer sur les ombres et les contre-jours, et de privilégier les lumières zénithales afin d’aplanir le relief pour accentuer le côté “fané” », stipule le photographe. Un traitement révélant la matière, et nous invitant à plonger dans cette Amérique étrange, à la fois ancestrale et contemporaine, où l’Homme, absent, semble avoir abandonné le combat.

C’est durant le confinement que l’artiste a débuté le traitement de Washed Out. « Il y a un lien émotionnel évident avec cette période, mon éditing s’est fait dans cet esprit, déclare-t-il. La cohérence de cette série avec l’actualité est totale, le monde découvre la face cachée des États-Unis – celle d’un système de santé et d’une politique délavés ». Dans ce contexte, les clichés de Nicolas Seurot révèlent une nouvelle profondeur, jusqu’alors insoupçonnée. Les symboles américains, éparpillés çà et là évoquent  désormais des reliques anciennes, qui pourraient devenir, dans un futur proche, obsolètes. La palette de couleurs, aux gris dominants, invite quant à elle la solitude et la nostalgie dans la série. Les silhouettes, enfin, absentes, interrogent : que sont-elles devenues? Et quand reviendront-elles ? Un projet aux multiples lectures.

© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot

© Nicolas Seurot

Explorez
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
© Salome Chatriot
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
Un an après le lancement du magazine en ligne, Fisheye Immersive sort sa revue papier. 192 pages, bilingues français-anglais, consacrées...
15 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Connecticut. April 12, 2023. Portrait of Silent behind her green screen. As a Virtual Reality drone racing champion, she uses a green screen while competing online. Because she reveals herself on camera, those moments involve more beauty preparation, so she can feel comfortable while competing in the Women's Cup. Outside of simulator competitions, she also flies her real drone, and is portrayed holding her remote controller. Though she is among the top-200 fastest pilots worldwide, real-life drone racing has a steep cost barrier. In addition, the American drone-racing scene takes place mostly in the Midwest, where she feels a lot of fear related to being a trans woman taking part in these events. © Paola Chapdelaine
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Bienvenue sur VRChat, une plateforme en ligne qui permet à une communauté d’environ 70 000 personnes de créer leurs propres avatars et...
14 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Le Motorola edge50 pro à toute épreuve
© Borey Sok / Studio Beige
Le Motorola edge50 pro à toute épreuve
Sous le soleil écrasant de Marrakech ou dans le singulier quartier de Beaugrenelle à Paris, le nouveau-né de Motorola – le edge50 pro –...
10 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas