Une brutale délicatesse

06 octobre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Une brutale délicatesse

L’artiste iranienne Naghmeh Navabi combine photographie, peinture et collage pour créer des œuvres graphiques, inspirées par le réalisme magique de Frida Kahlo et la poésie de son pays natal.

« Il existe une ruelle / Que mon cœur a volée / Aux quartiers de mon enfance »,

ces premiers vers du poème « Autre Naissance », de l’auteure iranienne Forough Farrokhzad capturent l’essence des créations de Naghmeh Navabi. Il y a, dans les réalisations de l’artiste – mêlant photographie, peinture et collage – une tendresse particulière pour son pays de naissance, l’Iran, qui perdure, malgré la distance physique.

Née à Téhéran en 1982, Naghmeh Navabi habite aujourd’hui à Londres, où elle réalise des œuvres évoquant la délicatesse des porcelaines japonaises. « Le collage a marqué un véritable tournant dans ma pratique, il m’aide à jouer avec les différentes couches, à découper des images numériques comme argentiques », précise-t-elle. Inspirée par de nombreux auteurs – Frida Kahlo, Shirin Neshat, ou encore Wangechi Mutu –  la poésie moderne iranienne tient une place toute particulière dans son cœur. « Lorsqu’il s’agit de création, je reviens à mes racines », explique-t-elle.

© Naghmeh Navabi© Naghmeh Navabi

Réflexions symboliques

Loin d’être simplement esthétiques, les créations de l’artiste se lisent comme des réflexions symboliques, des pensées abstraites, influencées par les droits des femmes. « Je base mes œuvres sur ma propre expérience. Je travaille du point de vue d’une femme venue du Moyen-Orient. J’analyse les notions de maternité, de sexisme, d’égalité et de violence », confie-t-elle. Sur ses collages, les visages sont camouflés derrière d’autres images, ou tout simplement rayés, remplacés par un vide béant. Des femmes étranges, aux silhouettes absurdes et anonymes. Si Naghmeh Navabi dit vouloir protéger l’identité de ses modèles, leur représentation interroge : qui sont ces femmes ? Que ressentent-elles ? Ces traits effacés représentent-ils un futur incertain ? Un besoin de se protéger des regards, pour être, enfin, libres ?

Parmi les œuvres de l’artiste, un tableau graphique, dichotomique, fascine particulièrement. Des femmes voilées sont survolées par une figure féminine, sensuelle, qui semble vouloir les embrasser. Autour de ces corps monochromes, des tentacules pourpres s’enroulent, menaçants. « Ce collage représente la dualité de ma culture, et d’une société confinée. Ces tentacules sont une métaphore de la souffrance, d’une situation chaotique », explique l’auteure. Une œuvre aussi séduisante qu’effrayante.

© Naghmeh Navabi© Naghmeh Navabi
© Naghmeh Navabi© Naghmeh Navabi

© Naghmeh Navabi

© Naghmeh Navabi© Naghmeh Navabi
© Naghmeh Navabi© Naghmeh Navabi

© Naghmeh Navabi

Explorez
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
© Salome Chatriot
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
Un an après le lancement du magazine en ligne, Fisheye Immersive sort sa revue papier. 192 pages, bilingues français-anglais, consacrées...
15 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Connecticut. April 12, 2023. Portrait of Silent behind her green screen. As a Virtual Reality drone racing champion, she uses a green screen while competing online. Because she reveals herself on camera, those moments involve more beauty preparation, so she can feel comfortable while competing in the Women's Cup. Outside of simulator competitions, she also flies her real drone, and is portrayed holding her remote controller. Though she is among the top-200 fastest pilots worldwide, real-life drone racing has a steep cost barrier. In addition, the American drone-racing scene takes place mostly in the Midwest, where she feels a lot of fear related to being a trans woman taking part in these events. © Paola Chapdelaine
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Bienvenue sur VRChat, une plateforme en ligne qui permet à une communauté d’environ 70 000 personnes de créer leurs propres avatars et...
14 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet