«VAL», les secrets d’une vallée

18 mai 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
«VAL», les secrets d'une vallée

Sandrine Expilly, membre de l’agence Signatures, dresse le portrait de la vallée de Romanche, en Isère, de ses paysages et de ceux qui habitent encore autour de la route départementale D1091. Après une exposition, ses photos font l’objet d’un magnifique livre à double entrée, VAL, édité chez Trans Photographic Press.

C’est dans le cadre du festival Paysage > Paysages et du projet National que Sandrine Expilly a amorcé son projet de livre VAL, l’histoire d’un territoire vécu et traversé, celui de la Romanche, en Isère. Un territoire qu’elle connaît que trop bien puisque la photographe est née à Grenoble, à quelques pas de la vallée. « La petite route de l’Oisans m’a vue grandir. De Vizille, nous l’empruntions pour rejoindre les très hautes montagnes du massif, allers-retours en voiture, brouillard tardif dans la vallée, parois rocheuses gigantesques, usines, rivière impétueuse, beauté des crêtes. Nous nous arrêtions rarement, peu de personnes s’arrêtent là », raconte Sandrine sur son site internet. « La traversée de la vallée ne laisse personne indifférent. Habitants, travailleurs, historiens, géologues, sportifs, anciens, enfants, adolescents ou personnes de passage : tous m’ont parlé de leur vallée », précise-t-elle. Un espace inédit pour qui veut réaliser une enquête de terrain approfondie.

Prendre le temps de regarder les gens et les choses

Vallée de la mort lente, c’est ainsi que Sandrine surnomme ce lieu de passage encadré par d’imposantes montagnes. Une réalité que l’on retrouve en feuilletant son ouvrage, car dans ses images, la roche sature l’espace et la lumière est écrasante. Si la vallée se caractérise par une « disparition de l’être humain », la photographe y documente ceux qui y habitent encore et ceux qui y passent.

On rencontre parmi eux Oleg Ivachkevitch, écrivain et vice-président de l’association Coutumes et traditions de l’Oisans. Né à Bourg-d’Oisans, ce dernier raconte l’arrivée de ses parents à Rioupéroux suite aux révolutions bolcheviques.

Rioupéroux, c’est aussi l’endroit où se pose Guillaume Bernard, surnommé « le Prophète », qui pratique le BASE jump (sport extrême qui consiste à sauter en parachute). Six cents sauts à son actif, il ne se lasse toujours pas de « la vue splendide sur les massifs du Vercors et du Taillefer, le mont Aiguille ». Celui qu’il préfère ? Lorsqu’il s’élance du rocher de l’Homme, sur le massif de Belledonne. « C’est comme un grand toboggan rocheux. Et le plus surprenant, c’est à l’atterrissage, quand on voit cette petite vallée au fond, étroite et austère ».

Autant de récits que l’on découvre à la fin de l’ouvrage, en guise de légendes. Car entre chaque double page où s’étale une magnifique photo de paysage de la Vallée, est intercalé un mini livret présentant les portraits de ces habitants. Il s’agit donc d’un livre à double entrée dévoilant les secrets de la vallée. Cette dernière ne laisse personne indifférent, entre « passion enflammée ou rejet total, il est bon de prendre le temps de regarder les gens et les choses », écrit Anne Cayol-Gerin, historienne et responsable du service du patrimoine culturelle du département de l’Isère, dans l’ouverture du livre. Un résumé pertinent de cette démarche astucieuse.

© Sandrine Expilly

© Sandrine Expilly© Sandrine Expilly

© Sandrine Expilly

© Sandrine Expilly© Sandrine Expilly

© Sandrine Expilly

© Sandrine Expilly

Val, Trans Photographic Press, 25 €, 104 p.

Explorez
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
29 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
© Philémon Barbier
Philémon Barbier jette la lumière sur la vie des livreur·ses à vélo
Le Forum Vies Mobiles et le photographe Philémon Barbier se penchent sur la condition des livreur·ses travaillant pour les applications...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
© Olivier Metzger
Olivier Metzger : radiographie de la nuit française
Jusqu’au 23 mars, la galerie Arrêt sur l’image rend hommage à Olivier Metzger, le photographe qui arpentait la nuit en en capturant...
04 mars 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Katya Kalyska : l'importance des relations humaines
© Katya Kalyska
Dans l’œil de Katya Kalyska : l’importance des relations humaines
Cette semaine, plongée dans l’œil de Katya Kalyska, photographe biélorusse dont nous vous avions déjà présenté le travail. Pour Fisheye...
04 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Les images de la semaine du 26.02.24 au 03.03.24 : montrer le méconnu
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes s’attachent à rendre visibles des sujets méconnus ou peu représentés.
03 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet