Vieux caleçons, Sara Moon et l’amour : le portrait chinois de Gabriel Dia

02 février 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Vieux caleçons, Sara Moon et l’amour : le portrait chinois de Gabriel Dia

Adepte de l’autoportrait, le photographe d’origine sénégalaise Gabriel Dia met son corps en scène pour exprimer ses émotions. Au rythme de danses traditionnelles, ou même sublimé par des jeux de contrastes, des aquarelles, son travail s’imprègne de l’univers LGBTQIA+ et encourage une quête insatiable de liberté. « Depuis l’adolescence, j’ai été confronté à ce choix entre l’hétérosexualité et l’homosexualité, et pourtant à l’intérieur de moi, j’étais, et je suis toujours persuadé qu’on peut tomber amoureux d’un être et pas d’un genre », nous confiait-il, en ce début d’année. Un hymne à la tolérance, à découvrir à la Fisheye Gallery, du 20 janvier au 5 mars 2022.  En attendant, découvrez qui se cache derrière ces œuvres aussi sensibles que colorées à travers son portrait chinois !

Si tu étais…

Une de tes images ?

Que je sois visible ou non, toutes mes images sont des autoportraits. Je les suis toutes.

© Gabriel Dia

Un sujet rêvé ?

L’amour – seul l’amour sauvera le monde.

© Gabriel Dia

Un décor à photographier ?

La mer, je ne peux pas vivre sans elle.

© Gabriel Dia

Un compte Instagram ?

@adelinecare© Adeline Care

Un secret ?

J’ai un vieux caleçon sur la tête, transformé en cagoule.

© Gabriel Dia

Un morceau de musique ?

Suspended in Gaffa

de Kate Bush.

© Gabriel Dia

Un genre photographique ?

J’adore l’accident.

© Gabriel Dia

Une période historique ?

Le futur.

© Gabriel Dia

Une ville ?

Elche, en Espagne.

© Gabriel Dia

Quelqu’un avec qui réaliser un projet ?

Mon chéri !

© Gabriel Dia

Un animal ?

Un chien.

© Gabriel Dia

Un livre ?

Nudi 

de Paolo Roversi.

Un conte ?

Tadjabone, un conte sénégalais.

© Gabriel Dia

Une exposition ?

Sarah Moon au Musée d’Art moderne

.

© Sarah Moon

Une couleur ?

Le bleu.

© Gabriel Dia

© Gabriel Dia

Explorez
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
28 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Zooms 2024 : Fisheye soutient Juliette Alhmah
Le Salon de la Photo présente les Zooms 2024 ! L’occasion de (re)découvrir Toujours Diane, le songe éveillé de Juliette Alhmah...
24 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
05:07
© Fisheye Magazine
Focus #73 : les mutations sacrées de Zoé Chauvet
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Zoé Chauvet croise le documentaire et l'abstraction et tisse les liens du corporel au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Hippolyte MACAIRE, Louis Cyrus MACAIRE, Navire quittant le port du Havre, 1851, daguerréotype, 15 x 11 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France
Photographier en Normandie : un laboratoire de créativité
Dans le cadre de la 5e édition du festival pluridisciplinaire Normandie Impressionniste, le MuMa – Musée d’art moderne André Malraux au...
29 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
28 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina