« Visual Aphasia » : les lendemains qui déchantent

19 novembre 2021   •  
Écrit par Julien Hory
« Visual Aphasia » : les lendemains qui déchantent

Dans sa série Visual Aphasia, John Brinton Hogan explore les possibilités des médium. En combinant les techniques, l’artiste californien décrit un monde où l’espèce humaine se cherche un avenir.

À quoi ressemblera notre vie quotidienne dans trente ans si le réchauffement climatique s’accélère? Aridité, région engloutie, mutation d’espèces animales ou apparition de nouvelles plantes… les questions environnementales sont au cœur des préoccupations de l’artiste californien. Dans sa dernière série, Visual Aphasia, John Brinton Hogan a décidé d’imaginer ce monde. Venu très tôt à la photographie, en suivant son père pilote de course dans ses différentes compétitions, il traverse l’ouest des États-Unis. Ce sont ces paysages désertiques qui lui inspireront cet ensemble d’œuvres. Aujourd’hui reconnu, John Brinton Hogan propose des tableaux pluriels qui doivent certainement à son parcours atypique.

Dans les années 1980, il fait ses premiers pas professionnels dans l’industrie du skateboard. Employé pour capturer les sportifs, il perfectionne sa pratique. « J’ai travaillé comme photographe et cinéaste, se souvient-il. Au fil des années, je me suis habitué à voir le monde à travers un viseur ou sur un verre dépoli. Mais, au fil du temps, la plupart de mes influences sont devenues picturales. » Un penchant qui se retrouve dans Visual Aphasia. Cette création sort des sentiers battus et nous plonge dans une atmosphère incertaine, presque suffocante.

© John Briton Hogan

DATAR du futur

De l’imaginaire de son auteur émerge une sorte de mission DATAR du futur. Cette commande publique passée auprès de 12 photographes avait pour ambition de documenter le territoire français. Rien d’étonnant lorsqu’on connaît son intérêt pour le couple Becher et la New Topographics. « J’ai toujours observé la façon dont les humains modifiaient le paysage, confie-t-il. Mais plutôt que leur construction, j’ai commencé à analyser les gens eux-mêmes et comment leur corps occupe l’espace. » Dans un tour de main presque surréaliste, Visual Aphasia sort ses personnages d’un environnement obscur et hostile.

Dans ces représentations, les individus se font en contours. Bien que les traits différenciants disparaissent, ce n’est que pour faire s’élever leur présence. « J’ai décidé que, pour habiter ce champ de distorsion, les figures humaines devaient être mises en valeur. Je les ai donc transformées en silhouettes pour les extraire du fond, explique John Brinton Hogan. » Partant toujours d’une image prise in situ, il les travaille au point que tout référent devienne méconnaissable. Ainsi, les randonneurs, scientifiques, campeurs originellement visibles s’efface dans des aplats de couleurs dont l’artiste a le secret.

© John Briton Hogan

Des paysages de science-fiction

Sommes-nous encore dans le domaine du 8e art ? La question se pose lorsqu’on regarde Visual Aphasia. Dans un processus long, une méthodologie singulière, John Brinton Hogan mélange plusieurs médium. Chaque réalisation nécessite quatre étapes de production. Partant d’un cliché brut, une intervention façon do it yourself  lui permet de dérouler son intériorité. « Je passe beaucoup de temps à utiliser les logiciels d’édition d’images afin de manipuler le fichier original. Une fois satisfait du résultat, j’imprime. Vient alors le stade final. Je peins les formes humaines directement sur le papier avec une large palette de matières. Je suis même allé jusque’à fabriquer moi-même mes pinceaux avec des moustaches de chat pour la précision, détaille-t-il. »

Il l’admet, les échecs ne sont pas rares. Tant d’implication révèle certainement le profond désir de s’exprimer, de laisser des sentiments s’échapper. John Brinton Hogan le reconnaît, ses créations sont une introspection, une méditation sur ses propres angoisses et ses peurs d’enfant. Son inquiétude, l’impact désastreux de l’Homme sur notre planète. Pour lui, une catastrophe est de plus en plus probable et le monde est déjà sombre et incertain. La réalité nous rattrape. Les paysages de science-fiction de Visual Aphasia pourraient devenir concrets et nous condamner à une errance sans fin pour essayer de trouver ce que la Terre a encore à nous offrir.

© John Briton Hogan© John Briton Hogan© John Briton Hogan© John Briton Hogan© John Briton Hogan© John Briton Hogan

© John Brinton Hogan

Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti