Vos découvertes préférées du mois d’août 2021

06 septembre 2021   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Vos découvertes préférées du mois d'août 2021

Focus sur les cinq découvertes préférées des lecteurs, présentées en août 2021 sur le site de Fisheye : Romain Sellier, Lou Escobar, Julie Hrnčířová, Christopher Anderson, et Brian Chorski.

1. Romain Sellier 

« J’ai une approche émotionnelle de mes images. Qu’il s’agisse d’une personne ou d’un lieu, je suis d’abord touché par un visage, une imperfection, une couleur ou une atmosphère. J’aime fantasmer une histoire autour d’un décor, d’un sujet, tout en gardant la simplicité de ce qui s’offre à moi : je ne dirige que très peu mes modèles, préférant leur laisser me montrer leur vérité, leur fragilité », lance Romain Sellier. Publié aux Éditions 37.2 Paris, Summer Sequences, de Romain Sellier fige les mouvements des vacanciers sur la Côte d’Azur. Un projet sublime et sensuel, découpé à la manière d’un film.© Romain Sellier© Romain Sellier

© Romain Sellier

2. Lou Escobar 

« Je dirais que j’aime la profondeur, la force, l’émotion et l’intensité – en tous cas c’est ce qui me touche. Alors, c’est certainement ce que je reproduis avec mes portraits »

, confie Lou Escobar. C’est aux États-Unis, il y a plus de quatre ans, que la photographe et réalisatrice saute le pas, et décide de faire du 8e art son métier.

© Lou Escobar

© Lou Escobar© Lou Escobar

Image d’ouverture © Romain Sellier

3. Julie Hrnčířová

« Un tableau, même abstrait, est de l’art dès lors qu’on accepte de le regarder comme un tableau. Un ready-made est tout simplement de l’art »

, disait Marcel Duchamp à propos de ses créations polémiques. En élevant des objets manufacturés, ordinaires et sans motif esthétique au rang d’œuvre d’art, le célèbre artiste français défiait, avec ses ready-mades, le jugement esthétique conformiste de l’histoire de l’art. Encore aujourd’hui, l’argument n’a pas perdu de sa valeur et influence les jeunes auteurs. Après tout, quelle différence y a-t-il réellement entre une pièce conçue comme œuvre d’art et un objet du quotidien sublimé par un auteur ? C’est bien cette pensée qui a poussé la photographe tchèque, installée en Norvège, Julie Hrnčířová à réaliser sa série Everyday Sculptures.

© Julie Hrncirova© Julie Hrncirova

© Julie Hrncirova

© Julie Hrnčířová

4. Christopher Anderson

Les éditions Stanley/Barker publient Son, réédition de l’ouvrage de Christopher Anderson, paru pour la première fois en 2013. Imaginé en deux chapitres, le livre réunit les premières images d’Atlas – le fils du photographe – et des portraits plus récents. Une suite aussi splendide que touchante.

SON © Christopher Anderson

SON © Christopher AndersonSON © Christopher Anderson

© Christopher Anderson

5. Brian Chorski

Installé à Los Angeles, le photographe américain Brian Chorski vogue à travers la Californie, en quête de la moindre émotion. Le créateur regroupe ses clichés dans un journal intime visuel qu’il partage sur ses réseaux sociaux. « La photographie est une manière de représenter la vie qui m’entoure. J’aime étudier les formes, les scènes, les gens qui passent – que je sois en train de les capturer ou non. C’est une extension visuelle de mon existence » confie-t-il.

 

© Brian Chorski© Brian Chorski

© Brian Chorski

Image d’ouverture : © Romain Sellier

Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •