Zones Grises : Vanda Spengler donne vie à ses fantômes ancrés

04 novembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Zones Grises : Vanda Spengler donne vie à ses fantômes ancrés
© Vanda Spengler
© Vanda Spengler
© Vanda Spengler

Voyage introspectif viscéral, Zones Grises fige une période de transition dans l’existence de sa créatrice, Vanda Spengler. Une œuvre brute croisant beauté et violence pour interroger notre rapport au corps, à l’intimité et au temps.

Un monde sans couleur, où les corps s’enlacent, s’embrassent, se tordent. Où les chiens aboient et les flocons tombent, comme des poussières de souvenirs, sur le sol. Un monde où l’amour, le deuil, l’inconnu et le passé fusionnent pour composer une mélodie mélancolique qui ne semble jamais s’estomper… Bienvenue dans l’univers de Vanda Spengler. « Je suis née au sein d’une famille fantasque et amoureuse des mots, très à l’aise avec le corps et avide de transgression comme de liberté. Après un bac décroché par hasard, j’ai travaillé dans des théâtres pour être indépendante, chanté dans des groupes avec mes amoureux. J’ai su très tôt que l’image serait mon médium de prédilection. Passionné de cinéma, c’est à travers ce prisme que j’ai découvert la photographie. J’ai réalisé beaucoup d’autoportraits, par facilité. Puis, le besoin de capter les autres dans ce qu’iels ont de plus brut et déséquilibré s’est imposé à moi », raconte-t-elle.

Plonger dans les créations de l’artiste, c’est s’immerger dans quelque chose de viscéral. Une pulsion instinctive, qui provient des entrailles, qui résonne en écho dans la nuit noire. Une approche « primitive, inspirée de films qui [l’]ont touchée, de thématiques cathartiques et pulsionnelles ». Loin de vouloir « faire du beau » ou de s’oublier dans la technique, Vanda Spengler s’intéresse au contraire à susciter – ou à retranscrire – l’émotion la plus sincère. À rester honnête quoiqu’il advienne, malgré les failles, les défauts, la tristesse et les hésitations.

© Vanda Spengler
© Vanda Spengler
© Vanda Spengler

Les névroses et leurs intransigeances

C’est en 2022 que naît Zones Grises. « J’étais alors en grosse crise de la quarantaine, en remise en question de partout », se souvient la photographe. Pour tenter de donner du sens à ce tumulte existentiel, elle se plonge alors dans ses images et entame un voyage introspectif aux frontières de sa propre intimité. « La série raconte des miettes de moi, des fragments dispersés. Des rencontres qui s’entrecroisent puis s’éteignent. J’ai tenté de donner vie à mes peurs enfouies, mes démons tenaces, mes blessures mal cicatrisées, mes fantômes ancrés », confie-t-elle. De la douceur d’une étreinte fugace dans les salles obscures d’un cinéma aux replis d’une peau ridée que l’on tord. Des yeux clos d’un enfant perdu en plein songe, à ceux fermés pour l’éternité d’un animal étendu sur le sol, Vanda Spengler fait de son projet un espace où les nuances se multiplient et se teintent d’une profonde nostalgie. Dans un monochrome cru, où les flashs semblent crier, défigurer, maltraiter, elle marque cette période de transition au fer blanc.

Un geste courageux qui lui semble emblématique d’une écriture photographique féminine : « j’ai l’impression que la plupart de mes consœurs sortent leurs tripes dans leurs images et mettent beaucoup d’intimité dans leur approche. Nous sommes nombreuses à commencer par l’autoportrait pour nous réapproprier une vision si souvent altérée (…) Zones Grises pousse un peu plus le curseur du dépouillement, peut-être. Elle m’a permis de bouger quelques lignes, d’accepter mes névroses et leurs intransigeances », affirme-t-elle. Et, dans l’obscurité qui l’entoure, elle révèle des apparitions subites. Belles ou monstrueuses, celles-ci nous guident à travers les ténèbres, révèlent les doutes et les peurs, les désirs et les manques. Elles illuminent les rapprochements charnels et les montées d’adrénaline, les lambeaux des silhouettes qui deviennent des ruines, abimées par le temps et celles, soudain si fragiles, des cadavres d’insectes laissés à l’abandon. Elles soulignent le froid de l’extérieur, quand l’absence nous fait perdre la direction de notre foyer, et la chaleur d’un sourire enfantin à l’insouciance contagieuse. Pétrie de nuances et d’explorations variées, Zones Grises se lit comme un hommage à l’existence, dans toute sa complexité. « La dégradation de toutes choses est une thématique essentielle pour moi. Il faut se rappeler que chaque jour nous rapproche de la mort mais qu’on peut s’accrocher aux quelques jolies branches de vies et de partages qui s’offrent à nous malgré tout », conclut l’autrice.

© Vanda Spengler

© Vanda Spengler
© Vanda Spengler
© Vanda Spengler
© Vanda Spengler
© Vanda Spengler
© Vanda Spengler
© Vanda Spengler
À lire aussi
Elie Monférier sacralise la finitude de l’Homme
Elie Monférier sacralise la finitude de l’Homme
Après Sang Noir, Elie Monférier a composé Sacre, un récit tout aussi viscéral. Second volet d’une trilogie en cours, l’ouvrage…
19 avril 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Focus : raconter le monde en noir et blanc
Focus : raconter le monde en noir et blanc
Créé il y a un an par les équipes de Fisheye, Focus est un format innovant qui permet de découvrir une série photo en étant guidé par la…
15 mars 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l'œil d'Igor Furtado : expressions queer tropicales
© Igor Furtado, Corpo Trópico
Dans l’œil d’Igor Furtado : expressions queer tropicales
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Igor Furtado. Le photographe célèbre la beauté des communautés LGBTQIA+ brésiliennes, toujours en...
24 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
10/10 pour la jeune création contemporaine
© Sofiya Loriashvili
10/10 pour la jeune création contemporaine
Pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024, Archevêché by Fisheye présente une série de rendez-vous incontournables ! Parmi...
24 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d'actualité
© Chloé Azzopardi
Les images de la semaine du 17.06.24 au 23.06.24 : visions d’actualité
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine puisent dans notre époque contemporaine pour s'immerger dans des problématiques...
23 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill