À Lectoure, l’été se pare d’inventivité et de création inédites

22 mai 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
À Lectoure, l’été se pare d’inventivité et de création inédites

Du 15 juillet au 24 septembre 2023 se déroulera L’été photographique de Lectoure. À l’occasion de cette nouvelle édition, l’évènement rend hommage à son histoire et dévoile une programmation aux écritures sensiblement touchantes.

Devenu une véritable institution depuis sa création, L’été photographique de Lectoure se déploie à nouveau – dès juillet – sur les cimaises du Centre d’art et de photographie de la ville, ainsi que dans plusieurs lieux emblématiques du patrimoine lectourois. Pendant trois mois, les visiteur·rices sont invité·es à découvrir des expositions temporaires, à participer à des évènements dans des espaces atypiques et à expérimenter ou partager avec les artistes exposé·es. Après une édition 2022 placée sous la thématique Faire flamboyer l’avenir, le festival entend aujourd’hui rendre hommage à son histoire et à celle plus largement de son peuple. « L’histoire, petite et grande, et les diverses mémoires du lieu, pour certaines méconnues, constituent le fil rouge de cette programmation. Sans jamais apporter de réponse littérale, chacun des projets et des artistes invités abord quelques aspects essentiels de l’identité de Lectoure : carrefour de rites spirituels, spectatrice lointaine, mais concernée des guerres du passé et du présent ou encore poste d’observation privilégiée du paysage sans oublier territoire où cohabitent diverses manières de vivre la ruralité et le travail de la terre », écrit Damarice Amao, commissaire de cette édition 2023.

L’esprit du lieu

Porté·es par une envie d’investir de nouveaux champs de l’image, de diversifier les formes et formats d’exposition, de donner de l’élan aux artistes émergent·es ou encore d’accueillir de nouvelles écritures curatoriales, les organisateurices de L’été photographique, sous l’impulsion de l’équipe du Centre, ont laissé cette année carte blanche à Damarice Amao. Docteure en histoire de l’art, historienne de la photographie, attachée de conservation au Cabinet de la photographie du Musée national d’art moderne / Centre Pompidou, la commissaire d’exposition de cette saison réserve de belles surprises pour Lectoure. En effet, d’une nature curieuse, Damarice Amao semble intéressée avant toute chose par la transmission, qu’elle soit intime ou historique, et souhaite apporter un regard neuf sur les choses en mettant en avant de nouvelles figures du 8e art, ou des personnalités en marge. En témoigne le parcours artistique qu’elle a conçue autour de différent·es artistes et collectifs engagés. Ainsi, seront au rendez-vous, entre autres, Marguerite Bornhauser, le réseau Diagonal et leur programme « Stand Up With Ukraine », Hanako Murakami, Nicolas Tubéry ou encore des œuvres de la défunte artiste italienne Lisetta Carmi. La promesse d’un été artistiquement éveillé.

 

Pour plus d’informations sur la programmation rendez-vous ici.

© Marguerite Bornhauser / Carlos Carvalho© Marguerite Bornhauser

© Marguerite Bornhauser

© Mila Teshaieva

© Mila Teshaieva / réseau Diagonal et leur programme « Stand Up With Ukraine »,

© Stéphanie Solinas

© Stéphanie Solinas

Image d’ouverture : © Stéphanie Solinas

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
Il y a 7 heures   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina