Alexandre Plaisant : les débris cosmiques qui font le monde

29 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Alexandre Plaisant : les débris cosmiques qui font le monde
© Alexandre Plaisant
© Alexandre Plaisant

La silhouette d’un homme se détache d’un mur de couleur vive, il cherche à profiter d’un soleil naissant. Plus loin, une femme sourit, l’eye-liner bleu sur ses paupières forçant notre regard à s’attarder. Au détour des images, ensuite, il y a l’écume de la mer, le vol des oiseaux au-dessus d’une cité, des fruits murs dans une main, l’adrénaline d’une lutte entre deux corps tendus… Dans les photographies d’Alexandre Plaisant, ce sont les instants ordinaires qui perdurent. Ceux que l’on a tendance – à tort – à laisser de côté. « Ma mère faisait des instants magiques avec du papier mâché à piñatas, du rire et des idées. Cela m’a toujours inspiré », confie l’auteur originaire de Marseille. Se laissant guider par ses sentiments, ses émotions, il s’attache à « raconter ce qu’[il] appelle « le beau », mais qui n’a parfois rien à voir avec l’esthétisme ». En couleur, en contraste, en monochrome ou même dans des flous vaporeux, l’artiste rassemble les bribes de son environnement en un tout complexe. « J’élabore mon univers grâce à tous ceux qui m’entourent, à la manière d’une planète qui se créerait grâce à une multitude de petits débris cosmiques », confie-t-il. Refusant de se limiter à une écriture ou une narration, il assemble ces fragments disparates en une mosaïque colorée, unifiée par sa fascination pour l’humain. Une mosaïque faite de rencontres, de réalités singulières et de sensibilités partagées où s’emboîtent les rêves, les joies comme les blessures qui croisent sa route et dont son objectif porte la trace.

© Alexandre Plaisant
© Alexandre Plaisant

© Alexandre Plaisant

© Alexandre Plaisant
© Alexandre Plaisant

© Alexandre Plaisant
© Alexandre Plaisant

© Alexandre Plaisant

© Alexandre Plaisant

© Alexandre Plaisant

© Alexandre Plaisant

© Alexandre Plaisant
À lire aussi
Marseille sous les projecteurs
Marseille sous les projecteurs
L’institut Français du Danemark accueille du 4 mai au 30 juin 2023 l’exposition Marseille In&Out. Pensée par Aurélien Ciller, elle…
06 juin 2023   •  
Écrit par Lucie Guillet
Street photography et souvenirs : Sophia Bil et l’âge d’or qui nous habite
Street photography et souvenirs : Sophia Bil et l’âge d’or qui nous habite
Passionnée par les choses anciennes, Sophia Bil élabore des compositions contemporaines qui réveillent en nous des souvenirs d’enfance….
26 mai 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus #15 : Ward Long revient sur sa colocation avec cinq femmes
Focus #15 : Ward Long revient sur sa colocation avec cinq femmes
Le mercredi, avec Focus, nous donnons la parole à vos photographes préféré·e·s ! Et ce nouvel épisode est consacré à Ward Long et son…
08 juin 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
La sélection Instagram #463 : tout feu tout flamme
© Anass Ouaziz / Instagram
La sélection Instagram #463 : tout feu tout flamme
Le soleil brûle dans notre sélection Instagram de la semaine. Les flammes se déchaînent, les briquets s’allument, et les lueurs rouges...
16 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
© Joachim Haslinger, Tribute to Egon Schiele, 2022 courtesy www.atelierjungwirth.com
Les images de la semaine du 01.07.24 au 07.07.24 : cap sur Arles !
C’est l’heure du récap‘ ! Cette semaine, Fisheye se plonge dans la 55e édition des Rencontres d'Arles et revient sur quelques-unes de ses...
07 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d'Uraguchi Kusukazu
© Uraguchi Kusukazu. Au large, 1974. Avec l’aimable autorisation d’Uraguchi Nozomu.
La vitalité des ama se diffuse dans le langage visuel d’Uraguchi Kusukazu
Des photographies inédites de la monumentale archive d’Uraguchi Kusukazu prennent vie aux Rencontres d’Arles. Le photographe japonais a...
04 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina