Au micro de « Regardez voir » #72

12 décembre 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au micro de « Regardez voir » #72

Cette semaine, Brigitte Patient découvre deux expositions. Le Point du Jour de Cherbourg présente le travail de Géraldine Millo et la Galerie Confluence fait honneur à huit femmes photographes.

Le lieu culturel Le Point du Jour à Cherbourg présente actuellement les deux lauréats de la bourse 50 CC Air de Normandie, créée par le Centre Photographique Rouen Normandie et Le Point du Jour. Pierre-Yves Racine et Géraldine Millo y exposent leurs projets. Photographe et maître de conférences à l’université Paris 8, Géraldine Millo s’intéresse aux formations des jeunes et à leur entrée dans le monde du travail. Si elle documente ce phénomène dans Les Héritiers, sa précédente série, L’Orientation suit, cette fois, le quotidien d’Éléonore, une jeune fille de quinze ans, en apprentissage.

Elle apparaît en photo, avec ses rêves, ses doutes, ses amies, et sa relation conflictuelle avec l’école. « Ces jeunes, à seulement quinze ans, ne sont plus à l’âge de tous les possibles », commente la photographe. En contrepoint, Géraldine Millo soulève des questions sociales et politiques. Quelles perspectives offre-t-on aux filles ? Ces jeunes ont-ils le droit de rêver ? Peuvent-ils travailler « autrement » ?

© Géraldine Millo / Signatures
© Géraldine Millo / Signatures

© Géraldine Millo

© Géraldine Millo / Signatures
© Géraldine Millo / Signatures

© Géraldine Millo

Le portrait féminin, vu par les femmes photographes

Direction Nantes, ensuite, à la Galerie Confluence, qui accueille The Other Woman, une exposition collective. Si la galerie organise cet événement au lendemain des débats sur la place de la femme dans le monde artistique, elle ne souhaite pas prendre part aux discussions. « Nous avons exposé environ 50% de femmes, depuis notre ouverture, en 2004 », précise Yolande Mary, la directrice du lieu.

The Other Woman s’impose comme une étude du portrait féminin vu par les femmes photographes. Une exposition divisée en plusieurs axes. Jessica Todd Harper, Ji-Yeon Sung et Carla Van de Puttelaar s’inspirent de l’esthétique picturale. L’intimité passionne Arja Hyytiäinen et Gabrielle Duplantier. Claudine Doury documente la fragilité des jeunes filles en devenir, tandis que la notion de genre est étudiée par Emilie Arfeuil et Alice Godeau. Une galerie de portraits fascinants.

© Claudine Doury

© Claudine Doury

© Arja Hyytiäinen© Alice Godeau

© à g. Arja Hyytiäinen, à d. Alice Godeau

© Jessica Todd Harper

© Jessica Todd Harper

Image d’ouverture : © Alice Godeau

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 11 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet