Bangladesh : un photographe arrêté par les forces de l’ordre

07 août 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Bangladesh : un photographe arrêté par les forces de l'ordre
5 août 2018. Un groupe de policiers habillés en civil pénètre dans l’appartement du photographe bangladais Shahidul Alam. Une arrestation violente engendrée par les « commentaires provocateurs » de l’artiste.

Il est environ 22h lorsqu’une trentaine d’officiers habillés en civil entrent chez Shahidul Alam dans le but de l’arrêter. Quelques heures plus tôt, le photographe avait publié une vidéo sur Facebook, exprimant son opinion sur les récentes manifestations étudiantes de Dacca. Une réaction rapidement réprimée par le gouvernement, venu appréhender Shahidul, après avoir pris soin de masquer avec du scotch les caméras de surveillance. « Je n’étais pas dans l’appartement, mais j’ai entendu un cri », confie Rahnuma Ahmed, la partenaire de Shahidul. « Les agents de sécurité m’ont ensuite appris qu’il avait été poussé dans une voiture, enlevé par la DB (les détectives de Dacca) ». Shahidul Alam est actuellement en détention provisoire, accusé d’avoir porté préjudice à l’État, par l’intermédiaire de sa vidéo.

De l’indignation à l’emprisonnement

Shahidul Alam, photographe, défenseur des droits de l’Homme, et fondateur de l’organisation multimédia Dirk, documentait, les jours précédant son arrestation, les manifestations de milliers de jeunes à Dacca réclamant une meilleure sécurité routière. Une réaction unanime, provoquée par la mort d’un adolescent sur les routes de la ville. Dimanche, alors que les tensions entre les manifestants et le gouvernement s’intensifiaient, les forces de l’ordre se lancent dans la foule en tirant des balles en caoutchouc et lançant des bombes lacrymogènes. Un spectacle qui touche profondément le photographe. Celui confie au Monde peu après « Les Bangladais n’en peuvent plus. Ils sont fatigués de la corruption généralisée, de la censure, des disparitions forcées ». Un cri du cœur d’une grande bravoure qui précipite les événements de ces derniers jours.

Amnesty International, alertée par la violence de l’arrestation, exige la libération immédiate de Shahidul. « Cette détention est l’un des symptômes de la répression intensive lancée par la police », explique Omar Waraich, le directeur sud asiatique de l’organisation. « Le gouvernement bangladais doit interrompre cette répression, les étudiants ont le droit de se réunir pacifiquement et de se sentir en sécurité ». Si la réaction touchante du photographe a provoqué une telle violence, il est important que celle-ci soit diffusée, afin de mettre en lumière les abus du gouvernement bangladais. #freeshahidulalam.

Shahidul Alam emmené au tribunal, 6 août 2018

Shahidul Alam emmené au tribunal, 6 août 2018.

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine