#boza : un selfie poignant de la traversée des migrants

17 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
#boza : un selfie poignant de la traversée des migrants

Les photographes et réalisatrices Séverine Sajous et Anna Surinyach ont réalisé le court-métrage #boza. Une collection de témoignages, construite comme un « selfie collectif », donnant la parole aux migrants qui traversent la Méditerranée.

« Nous sommes deux photographes et réalisatrices qui, depuis plusieurs années, documentent la migration sur les différents continents, chacune à notre manière »,

déclarent les autrices de #boza. L’une, Anna Surinyach, est photographe documentaire, qui a voyagé au Soudan, Nigeria, Yémen ou encore en Syrie pour documenter le quotidien des migrants. Elle se concentre aujourd’hui sur la situation des femmes migrantes, fuyant la violence, la pauvreté, et le manque d’opportunité. L’autre, Séverine Sajous, photographe, réalisatrice et linguiste, travaille en collaboration avec ses modèles pour les aider à s’exprimer. Elle cofonde, en 2015, l’association Jungleye, qui cherche à constituer une mémoire visuelle de l’exil, en donnant la parole aux migrants et réfugiés. Ensemble, elles ont réalisé #boza. Un court-métrage de 17 minutes imaginé à la première personne. Entre vidéos et selfies, les sujets – Alhassane, Aminata, Mamadou, Mariam et Yahya – se confient, se dévoilent, et tissent un récit complet de leur périple, de l’espoir d’une vie meilleure aux premiers pas dans un nouveau territoire.

#boza © Séverine Sajous et Anna Surinyach

Une tentative d’écoute

Dans #boza, le rapport à la photographie, au smartphone rythme l’histoire, comme il régit le quotidien des migrants. Un outil essentiel, leur permettant de dialoguer avec leurs proches, laissés derrière eux. « Dans ce court-métrage, nous interrogeons la manière dont la migration est couverte par les médias. La narration la plus commune est celle d’un migrant survivant dans des conditions extrêmes, souffrant d’un stress terrible, au bord de la frontière. Nous avons réalisé que ces images ne provoquent souvent qu’une réaction brève, vite oubliée », expliquent les réalisatrices. Pensé comme une série d’autoportraits en mouvements, #boza explore donc une nouvelle manière de mettre en image l’exil. Une représentation contemporaine, influencée par les réseaux sociaux et la technologie. « Il n’y a pas de voix off dans ce film, nous ne donnons pas une voix aux migrants. Au contraire, il s’agit plutôt d’une tentative d’écoute », ajoutent-elles.

« Pour moi, le mot boza, c’est la liberté. » « Boza, je crois que c’est un risque. » « C’est une victoire courte, positive et négative. » « Un jour, on te dit que c’est le dernier jour. Tu ne vas plus jamais vivre la vie que tu menais avant. » « Chacun donne sa définition. C’est le mot qui traverse les barrières et les frontières. » Terme crié sur les bateaux, au large de la Méditerranée, boza est synonyme de joie, de soulagement, mais aussi de craintes. Comment se reconstruire, lorsqu’on fuit sa terre natale ? Qu’est-ce que l’avenir nous réserve ? Au fil des microtémoignages, aussi bruts que sincères, le court-métrage parvient à saisir la gravité des enjeux liés à la migration. Une compilation de paroles brillant par leur authenticité.

 

Plus d’informations sur le court-métrage ici

#boza © Séverine Sajous et Anna Surinyach#boza © Séverine Sajous et Anna Surinyach

#boza © Séverine Sajous et Anna Surinyach

#boza © Séverine Sajous et Anna Surinyach#boza © Séverine Sajous et Anna Surinyach

#boza © Séverine Sajous et Anna Surinyach

Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
© Katalin Száraz
La fille du marin : les aventures océaniques de Katalin Száraz
Katalin Száraz compose, avec La fille du marin, un hommage visuel à la profession de son père. Une série oscillant entre les fantasmes de...
14 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine