Cadrage serré et flou artistique : l’avant-gardisme de Julia Margaret Cameron

18 octobre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Cadrage serré et flou artistique : l’avant-gardisme de Julia Margaret Cameron
Julia Margaret Cameron, “Kiss of Peace” [Baiser de Paix], 1869, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund.
© Julia Margaret Cameron, “A Sibyl after the manner of Michelangelo” [Une Sibylle à la manière de Michel-Ange], 1864, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund

Jusqu’au 28 janvier 2024, le Jeu de Paume rend hommage au grand œuvre de Julia Margaret Cameron au travers d’une importante rétrospective baptisée Capturer la beauté. Au gré des cimaises se révèle tout l’avant-gardisme dont a fait preuve cette pionnière de la photographie au 19e siècle.

Pour sa rentrée, le Jeu de Paume met à l’honneur Julia Margaret Cameron. Évènement majeur de la saison, il s’agit de la première rétrospective qui lui est consacrée en France depuis 40 ans. Les mois à venir, visiteurs et visiteuses pourront ainsi plonger dans l’univers de l’artiste victorienne et venir admirer une centaine de tirages – issus, pour l’essentiel, des collections du Victoria and Albert Museum de Londres – au travers desquels elle a capturé la beauté, si chère à son cœur. À l’instar de bien de grands noms, son art était peu apprécié à son époque, sans doute en raison de son aspect révolutionnaire, irrémédiablement avant-gardiste. Seuls le temps et la redécouverte de ses travaux, au début du 20e siècle, par Alfred Stieglitz ont contribué à faire briller son héritage, dont l’aura subsiste. Les murs du couloir, qui mène à la première salle de l’exposition, sont justement parés de citations signées Nan Goldin, Patti Smith ou Paolo Roversi, témoignant de toute l’influence qu’elle exerce aujourd’hui encore.

© Julia Margaret Cameron, “Annie”, 1864, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund
© Julia Margaret Cameron, “A Group of Kalutara Peasants” [Un groupe de paysans de Kalutara], 1878, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund.
© Julia Margaret Cameron, “Charles Darwin”, 1868, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund.
© Julia Margaret Cameron, “Julia Jackson”, 1867, tirage albuminé, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et photographies © Bibliothèque nationale de France

Des portraits intimistes

Ce n’est pourtant qu’à l’âge de 48 ans que Julia Margaret Cameron reçoit son premier boîtier, un cadeau de l’une de ses filles et de son gendre, pour son anniversaire, qui marquera le début d’une carrière fulgurante. Inspirée, elle s’adonne religieusement à la pratique du médium, qu’elle définit comme « l’incarnation d’une prière ». La cave à charbon eut tôt fait de se transformer en chambre noire et le poulailler en verrière éclatante. Une décennie à peine lui sera nécessaire pour s’imposer en tant que portraitiste de talent. De 1864 à 1875, cachée sous un drap sombre, devant son objectif, les modèles, toujours les mêmes, se succèdent, en Angleterre comme à Ceylan. Un vaste carnaval commence alors. Proches, domestiques et nobles gens, qu’importe leur rang ou leur situation sociale, doivent poser aussi longtemps qu’elle le souhaite. Parmi les visages les plus familiers se trouvent ceux de John Hershel, Charles Darwin, Alfred Tennyson, George Frederic Watts, Alice Liddell, qui inspirera Alice au pays des merveilles à Lewis Carroll, ou encore Julia Jackson, sa nièce et muse préférée, qui donnera naissance à une petite Adeline, en 1882, plus connue sous le pseudonyme de Virginia Woolf.

Inspirée par les histoires qu’elle a lues et celles qu’on lui a racontées, elle se plaît volontiers à les illustrer. Pour ses créations, les enfants se déguisent en anges de la nativité, accoudés sur les remparts du paradis, tandis que les femmes, drapées de linges épurés, rejouent des madones éplorées. Outre les scènes bibliques, celles qui relèvent de la mythologie gréco-romaine, des légendes séculaires ou de la littérature, allant de William Shakespeare à des textes qui lui sont contemporains, sont aussi nombreuses. Souhaitant surmonter le réalisme en atteignant la précision de la mise au point, une impression sculpturale se dégage des sujets qu’elle immortalise dans un clair-obscur intimiste maîtrisé. Peintres et écrivains qui l’entourent s’émerveillent du résultat.

© Julia Margaret Cameron, “St. Agnes”, 1864, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund.
© Julia Margaret Cameron, “I Wait [J’attends]”, 1872, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund.
© Julia Margaret Cameron, “La Madonna Aspettante / Yet a little while” [La Madonne qui attend / Encore un peu], 1865, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund.
© Julia Margaret Cameron, “Call, I Follow, I Follow, Let Me Die!” [Appelle et je viens, je viens ! Laissez-moi mourir], 1867, tirage au charbon / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund.

La trace de son passage

« Mrs Cameron, qui était photographe amateur, est la première personne à avoir eu l’intelligence de s’apercevoir que ses erreurs faisaient sa réussite, et à créer dès lors des portraits systématiquement flous », soulignera à juste titre le poète Coventry Patmore en 1866. Cette imprécision vaporeuse, qui nimbe les êtres et permet de mettre l’accent sur l’acuité des traits, sera vivement rejetée par la plupart des critiques, qui ne jurent que par la netteté et la fidélité de la représentation. « Qu’est-ce qu’une mise au point ? Et qui a le droit de dire quelle mise au point est légitime ? Mon aspiration est d’ennoblir la photographie et d’inscrire sa particularité et ses usages dans les beaux-arts en associant le réel et l’idéal, et, sans y sacrifier la vérité, par un dévouement total à la poésie et à la beauté », écrivait-elle déjà dans une lettre adressée à John Hershel, datée de 1864.

Pour équilibrer ses compositions, elle choisit minutieusement la manière dont elles seront présentées, adoptant tantôt un format rectangulaire, tantôt une forme aux bords arrondis. Artiste dans l’âme, ses tirages laissent toujours entrevoir la trace de son passage, qui s’exprime au moyen de rayures, de bavures ou de taches. Quelques pages manuscrites, un objectif doré, un cliché d’elle-même… Le Jeu de Paume perpétue cette volonté en disséminant quelques objets de son appartenance et vestiges de sa présence. Soutenue notamment par le programme Kering | Women in Motion, qui met en lumière les femmes officiant dans l’art et la culture, les deux institutions ont imaginé un épisode de podcast, répondant au nom de la rétrospective. Celui-ci prolonge tout autant son envie de partager des histoires. Le temps d’une écoute, la comédienne Clémence Poésy se propose de lire Virginia Woolf. Le talent en héritage, l’écrivaine dresse à son tour le portrait de sa grand-tante, qu’elle n’a jamais connue, dans un texte où la beauté de la prose égale sans aucun doute celle des images révélées.

© Julia Margaret Cameron, “Mary Mother”, 1867, tirage albuminé © Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
© Julia Margaret Cameron, “My Grandchild aged 2 years and 3 months”, 1865, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund.
© Julia Margaret Cameron, “The Whisper of the Muse” [Le murmure de la muse], 1865, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund
© Julia Margaret Cameron, “The Rosebud Garden of Girls” [La roseraie des jeunes filles], 1868, tirage albuminé / The Royal Photographic Society Collection at the V&A, acquired with the generous assistance of the National Lottery Heritage Fund and Art Fund.
À lire aussi
De la dictature à nos jours, Paz Errázuriz illumine les marges de la société chilienne
Tango VIII. Série Tango, 1987. Tirage argentique, 50 x 60 cm © Paz Errázuriz / mor charpentier
De la dictature à nos jours, Paz Errázuriz illumine les marges de la société chilienne
Jusqu’au 20 décembre 2023, la Maison de l’Amérique latine consacre une rétrospective à la carrière de Paz Errázuriz, une première à…
21 septembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Early Colors : la révolution de la photographie couleur par Magnum
© Constantine Manos
Early Colors : la révolution de la photographie couleur par Magnum
Jusqu’au 7 octobre, la Magnum Paris Gallery présente Early Colors, une exposition qui nous emmène dans un voyage à la découverte des…
12 septembre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Explorez
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti