« C’est leur énigme que j’ai le mieux photographiée »

21 juillet 2020   •  
Écrit par Cassandre Thomas
« C'est leur énigme que j'ai le mieux photographiée »

Dans l’ouvrage Kinderszenen, le photographe belge Lionel Jusseret lauréat du Prix Levallois 2020, poétise la vie, à la fois douce et brute, d’enfants atteints d’autisme. Un conte visuel émouvant et poignant. Rencontre.

Fisheye : Qui es-tu ?

Lionel Jusseret : Je suis né dans le Borinage, en Belgique, en 1989. De 2007 à 2012, j’ai étudié la réalisation à l’école de cinéma belge l’INSAS où je me suis rapidement orienté vers le cinéma du réel. Dès ma sortie de l’école et par unique souci de légèreté, j’ai débuté la photographie. Je voulais avoir l’appareil constamment dans ma poche pour travailler la matière-image au quotidien. Comme un artisan. Et puis la caméra-stylo est devenue appareil photo tout simplement par ce que je suis quelqu’un de visuel.

Comment définis-tu ton approche du médium ?

Du réel avant tout. Ma méthode de travail me vient de cinéastes tels que Robert Flaherty et Johan van der Keuken. L’immersion et la durée – mes maître-mots – permettent une véritable compréhension du sujet et d’entrer possiblement dans une sphère d’intimité. Ce n’est ni plus ni moins de l’observation active, méthode de recherche en sociologie. Avec la durée, je connais le terrain, la lumière et les saisons. Comme une grammaire. Il n’y a alors plus qu’à trouver ce que je recherche en tant que photographe, mais aussi en tant que narrateur : l’imprévisibilité.

Comment t’est venue l’idée de réaliser le livre Kinderszenen ?

L’idée est arrivée lors de la rencontre avec les enfants, dits autistes, de l’association J’interviendrais. Celle-ci propose à ces enfants, non-verbaux pour la plupart, de vivre des vacances à la campagne, loin des murs de leur appartement ou de leur institution. Entre douceur pure et ultra violence, la rencontre avec eux est une histoire de magie. Pas de mode d’emploi. Il sont uniques. L’idée d’écrire une forme de conte photographique m’est arrivée après quelques semaines passées parmi eux.

© Lionel Jusseret

Que signifie le titre ?

Kinderszenen ou Scènes d’Enfants

est une œuvre au piano de Robert Schuman composée de treize pièces. Lorsque j’étais enfant, j’ai longuement répété la 7e, Traumereï (Rêverie). Dès les premières images en 2013, je tenais à leur donner ce nom pour le côté lyrique. Mais finalement, d’autres images aux tonalités différentes sont apparues et la pièce est devenue symphonie.

Comment réagissaient les enfants à la vue de ton boîtier ?

Certains s’en fichaient, d’autres pas et ça ne veut pas dire nécessairement qu’il vont accepter de donner quelque chose d’eux pour une possible photographie. Chaque rencontre est unique. Si je me cache derrière mon appareil, j’ai peu de chance de revenir avec une image. Je dois laisser l’appareil de côté et aller à leur rencontre. Ce n’est qu’à l’intérieur de cette rencontre que peut se créer une forme de lien.

Quelle importance as-tu accordée à l’insertion de poèmes dans cet ouvrage ?

Les poèmes sont de Babouillec Sp et la postface de Josef Schovanec. Ce sont deux auteurs autistes qui tous deux (parmi d’autres) ont largement contribué à faire évoluer la représentation de la personne autiste. De « malade » à Personne. D’objet à sujet. C’est très important. À travers mes images, je tiens à marcher dans leur trace à ma manière de non-autiste. Ils m’ont beaucoup inspiré, c’est pourquoi j’avais très envie de collaborer avec eux.

© Lionel Jusseret

Et aux illustrations ?

La forme du livre s’est imposée au moment où Éric Cez, mon éditeur, m’a parlé de son intention de conserver les treize pièces pour le futur livre. Celles-ci sont devenus chapitres et j’ai commencé à ouvrir de vieux livres de contes pour m’inspirer. Ces types de récits chapitrés sont souvent illustrés et font écho à l’imaginaire collectif. Je voulais que l’évocation des beaux livres d’histoires soit évidente. C’est donc aussi en toute logique que j’ai fait appel à ma sœur Zoé Jusseret, auteure de bande-dessinée et illustratrice, avec qui je partage la même essence de l’enfance dans mes images, pour travailler avec moi sur l’ouvrage.

Quelles sont tes sources d’inspiration au quotidien ?

J’ai déjà parlé de Johan van der Keuken et Robert Flaherty. Je pourrais aussi citer les cinéastes Klimov, Tarkovsky, Paradjanov et Illienko de l’école poétique de Kiev pour leur lumière quasi mystique et leur focale  « mentale » que j’ai beaucoup repris dans mon travail.

Chez les photographes, Jane Evelyn Atwood pour la méthode, et pour les couleurs, Dolorès Marat, Harry Gruyaert, Alex Webb pour ne citer qu’eux.

Un dernier mot ? 

On dit que les autistes sont dans leur bulle, mais ce n’est pas vrai du tout. Leur manière d’intérioriser le monde extérieur est très différente de la nôtre. Je suis donc attentif à ce « langage » qui leur est propre à chacun. Et soudain, je le saisis. C’est magique. C’est l’imprévisibilité. La relation est juste. Je fais une photo. Deux secondes plus tard, le « langage » a changé. Mystère. Il faut tout recommencer. J’ai tendance à croire qu’au final, c’est leur énigme que j’ai le mieux photographiée.

 

Kinderszenen, Éditions Loco, 39 euros, 198 p.

© Lionel Jusseret

© Lionel Jusseret© Lionel Jusseret

© Lionel Jusseret

© Lionel Jusseret© Lionel Jusseret

© Lionel Jusseret

© Lionel Jusseret

Explorez
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Notre sélection de livres photo consacrés à la communauté LGBTQIA+
© Momo Okabe
Notre sélection de livres photo consacrés à la communauté LGBTQIA+
Dans le prolongement de Fisheye #65, tout juste sorti en kiosque, nous avons sélectionné une série d’ouvrages photographiques consacrés à...
14 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet