Contes d’hauteurs

21 avril 2022   •  
Écrit par Eric Karsenty
Contes d’hauteurs

À travers des poses-performances, Mikito Tanaka capture, dans Try to Go Over There, le chavirement du fantastique dans la réalité. Une série monochrome défiant les lois de la gravité. Cet article est à retrouver dans notre dernier numéro. 

« Je nage, je grimpe et j’utilise des échelles ou des cordes pour atteindre le lieu de la prise de vue. Ensuite, nous – mes amis ou ma femme – prenons des photos avec un appareil argentique de format 6×7. Et c’est tout », raconte Mikito Tanaka quand on lui demande d’expliquer la construction des images de Try to Go Over There, une série commencée en 2003. Né à Kyoto en 1968, cet artiste japonais diplômé de la Saga University of Art and Design – dont il devient ensuite maître de conférences – travaille pour des magazines ou des publicités quand il entreprend les premières images de cette série. « Mon objectif est d’exprimer des émotions qui ne peuvent être transmises que par l’utilisation de l’acte analogique dans un monde où tout peut être numérisé, explique l’auteur. Il s’agit de sensations aussi bien subjectives qu’objectives, comme des frôlements accidentels de la beauté, des amusements illogiques. » Dans ce qu’il faut bien appeler des performances, le corps de Mikito Tanaka s’inscrit dans le paysage en jouant avec l’architecture urbaine, surfant avec des situations limites qui donnent des frissons. L’humour et l’ironie s’invitent dans ses mises en scène destinées à créer l’image mentale de « ce qui se passerait si quelqu’un se tenait là ». Ces photos qui paraissent parfois dangereuses ne sont pas motivées par des sensations fortes. Elles reflètent plutôt son désir de traduire des images en réalité et de « satisfaire [s]a curiosité de voir la fantaisie devenir réalité ». 

© Mikito Tanaka

Entre réel et fantastique

Nourri par la rigueur des travaux d’Albert Renger-Patzsch, de Bernd et illa Becher, d’Andreas Gursky autant que par la poésie de Shōji Ueda, Mikito Tanaka déploie à travers ses images aux accents surréalistes des sensations nouvelles au goût de liberté. Navigant entre réel et fantastique, son œuvre interroge notre relation à la nature et à la société, sans se départir d’une pointe d’humour qui vient stimuler notre imagination. Ses images sont « comme les graines de quelque chose qui pourrait se développer dans l’avenir », pour reprendre ses mots. S’il est présent dans chacune d’elles, celles-ci ne se présentent pas pour autant comme des autoportraits, explique l’auteur : « Lorsque j’ai commencé à produire cette série, le fait de me présenter comme le sujet n’était pas nécessairement quelque chose de figé. Il me fallait seulement “quelqu’un” qui soit capable de manifester l’image dans mon esprit. J’ai fini par devenir le sujet des photos simplement parce que je voulais être le premier à goûter aux “sensations analogiques” offertes par cette expérience ! » Mais l’auteur ne s’interdit pas, en passant ses clichés en numérique, de supprimer les éléments inutiles (arbres, îles, bâtiments, débris sur l’eau…), d’ajuster le contraste et la luminosité « pour que l’image ait l’aspect qu[’il] souhaite ». Une manière de réduire la complexité de la nature à ses formes géométriques afin de mettre en évidence une certaine austérité esthétique dans une approche minimaliste de l’architecture du paysage. Les images de Mikito Tanaka seront également à découvrir à la London Art Fair du 21 au 24 avril 2022. 

 

Cet article est à retrouver dans Fisheye #52, disponible ici

 

© Mikito Tanaka© Mikito Tanaka

 

© Mikito Tanaka

 

© Mikito Tanaka© Mikito Tanaka

 

 

© Mikito Tanaka

 

© Mikito Tanaka© Mikito Tanaka

© Mikito Tanaka

Explorez
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
© Thomas Pendeliau
Niort : la Jeune Photographie imagine le monde d’après
Pour leur trentième anniversaire, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort nous invitent à réfléchir au monde...
06 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil d’Alice Pallot : la métamorphose d'un marcassin 
© Alice Pallot
Dans l’œil d’Alice Pallot : la métamorphose d’un marcassin 
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Alice Pallot. À la frontière de l’art et de la science, la photographe française s’intéresse...
05 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •