Corps illuminés

13 mars 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Corps illuminés

Maciek Jasik, 39 ans, voile la réalité. Les néons colorés du photographe nous plongent dans un monde alternatif à la lumière bleutée. Des portraits splendides, portés par une palette de couleurs postimpressionnistes.

Maciek Jasik a commencé la photographie lors d’un voyage au Japon, en 2003. La beauté atypique des lieux a changé son regard sur le monde, qu’il a alors découvert d’un œil curieux. « Où que j’aille, je découvrais sans cesse des détails intéressants, explique-t-il. L’idée de construire des images dans mon esprit avant de les photographier a commencé à m’obséder. » Dans ses clichés, en effet, l’imaginaire se mélange à la réalité, transformant ses portraits en œuvres singulières. « J’utilise les couleurs pour réinventer le réel, reconstruire les visages, ré-imaginer les corps », déclare le photographe. Les néons éclairent les visages de ses modèles et nous invitent à découvrir un monde qui semble nous échapper. « Nous considérons qu’il n’y a plus rien à découvrir, je veux détruire ce préjugé », ajoute Maciek Jasik.

Peinture sur portrait

Le doute plane face à ces mystérieux portraits. D’où viennent ces lumières baignant les corps, peignant des ombres bleutées sur les visages ? « Je veux que le spectateur se sente confus, je veux l’entraîner dans un rêve. S’il est vrai que j’édite mes images, une grande partie de mon travail est réalisé avec de véritables effets », confie Maciek Jasik. Le photographe aime se plonger dans ce travail fastidieux. Il applique, à la manière d’un peintre, des touches colorées sur la peau de ses modèles. Les dégradés de lumière invitent l’irréel dans les images. Influencé par le postimpressionnisme, l’artiste polonais joue avec la vérité. Il emprunte au courant artistique sa volonté de représenter le monde et les hommes avec des couleurs folles. Ses jeux lumineux donnent naissance à des créations hybrides, entre art et photographie. Ils habillent les modèles d’un voile artificiel et, comme des tableaux, nous invitent à la contemplation.

© Maciek Jasik

© Maciek Jasik© Maciek Jasik
© Maciek Jasik© Maciek Jasik
© Maciek Jasik© Maciek Jasik
© Maciek Jasik© Maciek Jasik

© Maciek Jasik

Explorez
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
© Nico Therin
Dans Élan, Nico Therin ancre les « moments d’apesanteur »
Influencé par l’écriture documentaire, Nico Therin trouve l’inspiration dans la narration des moments ordinaires, ceux qui charment par...
02 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet