Croyances croisées

09 février 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Croyances croisées

C’est en creusant dans les récits sacrés de leurs origines que les jumeaux Elliot et Erick Jiménez ont composé Entre dos mundos. Une série à l’aura mystique, où les figures que l’on croise appartiennent aux contes d’autrefois. Un article à découvrir dans Fisheye #57.

Née à la fin du 20e siècle, la Santería – aussi appelée Lucumí – est une religion créée par la diaspora africaine à Cuba. Un syncrétisme croisant les figures des orishas (les divinités originaires d’Afrique de l’Ouest) et les saints catholiques. Il est dit que cette osmose entre les croyances et les traditions serait venue d’un besoin de la population noire de pratiquer en cachette sa religion. Prenant la forme des figures chrétiennes, les esprits qu’elle adorait passaient ainsi inaperçus. D’éléments abstraits naturels et colorés, ces déités évoluaient et revêtaient forme humaine. Frères photographes d’origine cubaine et américaine, Elliot et Erick Jiménez ont grandi avec cette spiritualité, cette religion aux visages multiples puisant dans des racines opposées. Une dualité qu’ils lient volontiers à leur propre statut de jumeaux. Aujourd’hui installés entre New York et Miami, ils développent, toujours en duo, un univers à l’esthétique raffiné croisant de nombreuses influences. Photographiques, d’abord, puisqu’ils ont aiguisé leur œil face aux clichés de Sally Mann, Diane Arbus, Sarah Moon ou encore Joel-Peter Witkin, mais aussi picturales. « Notre intérêt pour l’art a grandi en découvrant les tableaux des grands maîtres venus de différents mouvements : la Renaissance, le néoclassicisme, le rococo, le symbolisme ou encore l’impressionnisme », précisent-ils. Un bagage culturel dont les thématiques guident et nourrissent leurs créations : « On assiste souvent, dans ces tableaux, à une conversation entre art et religion qui explore différents sujets propres à l’expérience humaine : le bien contre le mal, la persévérance, la rédemption… On y voit également des figures divines ou mythologiques qui posent telles des protagonistes au cœur d’un paysage », poursuivent-ils.

Alors, en croisant la grandeur de ces peintures avec leurs propres origines, leur perspective unique en tant que migrants cubains de la première génération avec leur goût pour l’esthétisme, Elliot et Erick Jiménez érigent Entre dos mundos. Un conte onirique à la splendeur surréelle rendant hommage à la Santería – et en parallèle, à leur identité. Jouant avec les contrastes et les nuances, les photographes capturent des allégories des divinités vénérées, à la croisée des orishas et des saints. Figures fantasmagoriques et pénétrantes, leurs modèles arborent tour à tour des attributs des deux religions : du camail, une protection de tête en maille, populaire au Moyen-Âge, à la fraise blanche des prêcheurs, en passant par la grâce d’Oshun, déesse de la sensualité et des natures mortes fleuries – références aux offrandes yorubas. Pourtant, malgré le contraste des symboles, ces figures demeurent indéchiffrables. Unies par une noirceur profonde, presque surnaturelle, elles deviennent les témoins d’un échange à l’épreuve du temps. Tissant des ponts entre les images et les mondes spirituels, elles encapsulent cette richesse culturelle dans laquelle les deux frères ont baigné depuis leur plus jeune âge.

© Elliot et Erick Jiménez© Elliot et Erick Jiménez
© Elliot et Erick Jiménez© Elliot et Erick Jiménez
© Elliot et Erick Jiménez© Elliot et Erick Jiménez

 

© Eliott et Erick Jiménez

Explorez
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Le musée du quai Branly - Jacques Chirac dévoile les lauréat·es du Prix pour la photographie
Familia 1 © Felipe Romero Beltrán
Le musée du quai Branly – Jacques Chirac dévoile les lauréat·es du Prix pour la photographie
Julie Gough, Priyadarshini Ravichandran et Felipe Romero Beltrán sont les lauréat·es du Prix pour la photographie du musée du quai Branly...
20 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
© Fernanda Tafner
Fernanda Tafner : fascismes en perspective
Pour son projet – toujours en cours – intitulé L’Objet, Fernanda Tafner replonge dans l’époque de la montée du fascisme, durant les...
19 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti