Dans l’intimité des Romanes

08 avril 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dans l’intimité des Romanes

Dans Romanes, hors scène, la photographe française Sabrina Mariez a immortalisé l’intimité des artistes du cirque Romanes. Une série touchante, brisant les clichés liés à la culture tzigane.

Sabrina Mariez, née en 1976, est une photographe autodidacte. Dès l’enfance, fascinée par le 8e art, elle empruntait le boîtier argentique de son père pour capturer sa famille. Après avoir été mannequin, Sabrina Mariez est finalement repassée derrière l’objectif, en 2011. « J’en ai eu assez de me voir en images, je me sentais enfermée dans la vision des autres », explique-t-elle. Lassée par l’ordinaire, l’artiste aime représenter des « mondes fantasmés et cinématographiques, des anti héros tristes, ou non ». En déménageant à Paris, elle part à la recherche de sujets touchants : des poètes, des personnes hors du commun, qu’elle capture dans leur propre environnement.

Parmi eux, se trouvent les artistes du Cirque Romanes. « Ils font partie de ces personnages légendaires, précise-t-elle. Ce cirque est le dernier cirque familial tzigane itinérant d’Europe. À sa tête, il y a Delia, directrice artistique, seule tzigane au monde à avoir été décorée des Arts et des Lettres, et son époux, Alexandre Romanes, chef de famille, auteur, poète, Chevalier de la Légion d’honneur. » Une troupe d’artistes déterminés qui émeut Sabrina Mariez.

Simples, humains et romantiques

« Capturer les Romanes… autant essayer de capturer des lions »,

confie la photographe, qui, en arrivant au square Parodi, dans le 16e arrondissement – lieu de résidence du cirque – se retrouve confronter à une communauté libre, fière et vivant à son propre rythme. C’est en usant de patience que Sabrina Mariez gagne la confiance de ces artistes. Si la poésie de leur spectacle fait rayonner la culture tzigane depuis plus de 22 ans, en réunissant de nombreuses cultures et générations sous un même chapiteau, la photographe a souhaité les représenter dans leur intimité. En les photographiant dans leur caravane, à l’argentique, elle a noué avec eux des liens particuliers. Une vulnérabilité que les Romanes n’ont pas l’habitude de divulguer. « J’ai souhaité leur faire honneur en les montrant tels qu’ils sont : simples, humains, et romantiques », ajoute la photographe.

En sublimant le quotidien des Romanes – loin des paillettes et de la magie des spectacles – Sabrina Mariez dresse un portrait noble de la communauté. « J’espère ainsi briser le regard craintif, et parfois même haineux de notre monde, vis-à-vis des minorités culturelles », conclut l’auteure. Un projet émouvant, loin des clichés imposés par notre société.

© Sabrina Mariez© Sabrina Mariez
© Sabrina Mariez© Sabrina Mariez
© Sabrina Mariez© Sabrina Mariez
© Sabrina Mariez© Sabrina Mariez
© Sabrina Mariez© Sabrina Mariez
© Sabrina Mariez© Sabrina Mariez

© Sabrina Mariez

Explorez
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
© Paul Wolff, « Femme en maillot de bain avec ombres de plantes », 1932, tirage d'origine, Collection Christian Brandstätter / Courtesy of Pavillon Populaire
Les expositions photo à découvrir ce printemps !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
© Henri Kisielewski
Road trip, violence et alpinisme : nos coups de cœur photos du mois
Expositions, immersion dans une série, anecdotes, vidéos… Chaque mois, la rédaction Fisheye revient sur les actualités photo qui l’ont...
01 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
© Marta Bogdanska
Only the future revisits the past : le passé raconte l’avenir
Pour le festival australien PHOTO 2024, qui se déroulera du 1er mars au 12 mai, l’exposition Only the future revisits the past se propose...
29 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
29 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet