Dans l’œil de de Stephanie O’Connor : les couleurs ne sont qu’illusion

06 novembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dans l’œil de de Stephanie O’Connor : les couleurs ne sont qu’illusion
© Stephanie O'Connor
StephanieO’Connor
« Cette manière de faire un peu naïve faisait écho à la manière étrange et maladroite dont on se souvient des choses. »

Cette semaine, plongée dans l’œil de Stephanie O’Connor. De retour en Nouvelle Zélande après avoir vécu à Berlin, la photographe s’est réappropriée les émotions intenses et la nature grandiose qui l’entouraient. Pour Fisheye, elle revient sur les dessous d’un portrait, donc les nuances renferment bien des secrets…

« Pour réaliser cette image, j’ai photographié ma chère amie Aria au port. J’ai dissimulé son visage en utilisant un bout de verre que j’avais trouvé et en le plaçant devant l’objectif. J’aime parfois shooter en noir et blanc. Ironiquement, ça me permet de mieux ressentir les choses. Et puisque les fichiers RAW enregistrent également la photo originale – en couleur – je n’ai pas vraiment vu cela comme un dilemme. Mais plus tard, j’ai réalisé que la version en couleur n’avait en fait pas été enregistrée. Une erreur due à ma propre maladresse… ce n’était vraiment pas une sensation agréable ! Tout n’était pas perdu, cependant : j’ai décidé de coloriser le portrait à la main, en postproduction. J’ai beaucoup apprécié cette manière de faire un peu naïve, qui faisait écho à la manière étrange et maladroite dont on se souvient des choses. C’était finalement une façon de réimaginer ce qui s’est passé ce jour-là, et révéler ce qui me restait en mémoire. »

À lire aussi
Dans l'œil de Paola Paredes : « Cette vision lui était insoutenable tant c’était réaliste »
Dans l’œil de Paola Paredes : « Cette vision lui était insoutenable tant c’était réaliste »
Dans Until You Change, Paola Paredes nous livre une reconstitution poignante des thérapies de conversion, ces traitements…
18 mai 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
© Ezequiel Rivero / Instagram
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
Par la puissance de son courant, l’eau s’impose comme élément d’inspiration pour les photographes de notre sélection Instagram de la...
21 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
C’est en pleine nuit que Nicolas Hermann trouve l’inspiration. Dans la pénombre, le photographe français compose des récits mystiques...
10 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Francisco Gonzalez Camacho : splendeur d'appartenir
© Francisco Gonzalez Camacho
Francisco Gonzalez Camacho : splendeur d’appartenir
« J’aime voir le monde d'un point de vue photographique. En ce sens, je m'identifie beaucoup à Garry Winogrand (photographe américain...
10 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
© Susanne Wellm
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
La Galerie XII présente une exposition de l’artiste danoise Susanne Wellm. Par ses images, elle explore les drames de l’Europe...
21 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas