Dans l’œil de Glauco Canalis : le baiser de feu

09 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l'œil de Glauco Canalis : le baiser de feu
© Glauco Canalis
GlaucoCanalis
photographe
« Je trouvais que le fait que toute cette culture de la fraternité culmine avec un baiser entre deux hommes était une chose étrangement paradoxale. »

Jusqu’au 2 juin, le festival Circulation(s) expose The Darker the Night, the Brighter the Stars, plongée dans le quotidien de jeunes napolitain·es. Pour Fisheye, son auteur, Glauco Canalis, revient en particulier sur un cliché de sa série, qui raconte le paradoxe érotique d’une masculinité exacerbée.

« J’ai réalisé cette image lors de la troisième année (le projet de Glauco Canalis s’est étendu sur cinq ans, ndlr) où j’étais avec les jeunes du quartier de Torretta, à Naples. Je les ai vus s’embrasser, et surpris, je leur ai demandé la raison. Ils m’ont expliqué que c’était une manière typique de se saluer, que l’on fait seulement avec ses amis les plus proches. Un baiser fraternel. Ce sont généralement des enfants qui grandissent dans la rue, qui imitent le langage criminel tel qu’ils le voient dans les films, les vidéoclips ou les journaux. Le baiser entre deux hommes, dans le monde qu’ils tentent de reproduire, est souvent employé pour conclure une affaire entre deux chefs ou deux familles. Je leur ai demandé de poser chacun avec l’ami avec qui ils ont l’habitude de se saluer ainsi. Mon propos avec cette image est d’évoquer une culture un peu toxique de masculinité, qui naît des dynamiques de groupe chez les adolescent·es.

Je trouvais que le fait que toute cette culture de la fraternité culmine avec un baiser entre deux hommes était une chose étrangement paradoxale, puisque cela va à l’opposé des codes associés en général à la masculinité. Je trouvais fascinant de voir que la force avec laquelle ils affirment leur hétérosexualité se manifeste dans l’expression du lien et de la fraternité, et que cela s’accomplisse par un baiser – qui est presque une ouverture au développement d’une sexualité différente. C’est sujet à controverse, car c’est tellement extrême que cela s’exprime par l’exact opposé. »

À lire aussi
Circulation(s) revient pour une nouvelle édition focalisée sur l'Ukraine !
© Giulia Sidoli, Working On My Tan / Courtesy of Circulation(s)
Circulation(s) revient pour une nouvelle édition focalisée sur l’Ukraine !
Du 6 avril au 2 juin 2024, le Centquatre, à Paris, accueille Circulation(s), festival de la jeune photographie européenne, pour une…
02 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Valeria Cherchi : la campagne italienne, et le silence des rapts
Valeria Cherchi : la campagne italienne, et le silence des rapts
Valeria Cherchi, artiste visuelle italienne, a étudié la série de kidnappings survenue dans sa région natale, la Sardaigne. Avec Some Of…
25 avril 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil d’Oriane Robaldo : en un baiser, la sororité
© Oriane Robaldo
Dans l’œil d’Oriane Robaldo : en un baiser, la sororité
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Oriane Robaldo. Au cœur d’un shooting spontané – dans le cadre de sa série Amy et Paula – la…
12 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas