Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer

03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
WayanBarre
Photographe
« Il m’a demandé : “Tu penses vraiment qu’il se passe quelque chose avec l’air ?” Je venais de m’entretenir avec Wilma Subra, une militante et scientifique de la région. Sa dernière étude montrait des taux de chloroprène dans l’air autour de l’usine 221 fois supérieurs aux normes acceptables.  »

Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé à un couloir d’environ 130 kilomètres longeant le Mississippi, où siègent plus de 150 usines chimiques et raffineries de pétrole. Dans cette « vallée du cancer », les communautés marginalisées vivent – contaminées. Pour Fisheye, il revient sur l’un des portraits poignants de sa série Behind the plants.

« James et sa fille posent pour moi dans la cuisine de leur mobile home, fourni par la FEMA (l’Agence fédérale des situations d’urgence), suite à l’ouragan Ida. La lumière qui plonge par la petite fenêtre dramatise la pièce. Un tableau « Make today amazing » dans le coin contraste la scène. On peut aisément deviner la situation socio-économique du foyer aux détails présents dans la cuisine. Derrière moi, sa femme et leur bébé m’observent, intrigués.

Je marchais aux environs de Denka Performance Elastomer, une des pires usines de la région en termes de pollution atmosphérique. J’ai vu ce papa promener sa fille et suis allé à sa rencontre. Il a fini par m’inviter chez lui. J’apprends les difficultés qu’il rencontre pour trouver un emploi, malgré la l’omniprésence d’usines autour. « Il te faut de bons diplômes si tu veux travailler pour eux », explique-t-il. Je lui demande s’il connait Denka et ce que l’usine rejette dans l’air. Il a entendu parler de quelque chose, mais n’y prête pas attention. Il a d’autres priorités.

Sa gentillesse et son insouciance m’ont touché. Alors que je partais, il m’a demandé : « Tu penses vraiment qu’il se passe quelque chose avec l’air ? » Je venais de m’entretenir avec Wilma Subra, une militante et scientifique de la région. Sa dernière étude montrait des taux de chloroprène dans l’air autour de l’usine 221 fois supérieurs aux normes acceptables. Il s’agit d’un produit chimique rentrant dans la composition du néoprène. Il est, entre autres, hautement cancérigène. »

À lire aussi
Dans l'œil de Lars Dyrendom : les ours polaires, victimes de la colonisation
© Lars Dyrendom, Polar Bear (2024) / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Lars Dyrendom : les ours polaires, victimes de la colonisation
Né au Danemark et résidant désormais en Suède, Lars Dyrendom se concentre sur les rapports des humains à leur environnement. Polar Bear…
06 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne…
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d'espoir
© Dana Tentea / Courtesy of Galerie Triangle
Change à la Galerie Triangle : six histoires de ravage et d’espoir
Du 1er au 14 juillet, dans le cadre des Rencontres d’Arles, la Galerie Triangle consacre une exposition à la cause environnementale, et...
28 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
© Myrto Papadopoulos
Une photographie contemporaine 100% nature à l’Abbaye de l’Épau
Jusqu’au 3 novembre, l’Abbaye de l’Épau présente Dans les herbes hautes, une série d’expositions contemplatives qui ont lieu dans son...
27 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin