« Des oiseaux » : un nid d’inventivité au Hangar

19 septembre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
« Des oiseaux » : un nid d’inventivité au Hangar

Jusqu’au 17 décembre, le Hangar, centre d’art de Bruxelles, présente Des Oiseaux, une exposition collective reprenant l’ensemble atypique initié par les ateliers EXB. Un florilège de sensibilités diverses captant les mouvements des volatiles.

« À l’origine de cette exposition, il y a une histoire : celle de ma rencontre avec Christian Caujolle (conseiller artistique du Château d’eau, centre d’art à Toulouse, NDLR) et de ma découverte des ateliers des éditions Xavier Barral… »

, nous conte Delphine Dumont, directrice du Hangar lors de notre arrivée. À l’époque, seuls cinq livres de la collection des Oiseaux sont publiés, mais déjà, l’envie de réaliser des expositions à partir de cet ensemble atypique – né notamment de la passion de Xavier Barral pour la nature et les sciences – anime les deux commissaires d’exposition. Des Oiseaux, accroché au Hangar jusqu’au 17 décembre, est le second volet de cette aventure. Un deuxième chapitre prolongeant l’événement toulousain, et permettant de (re)découvrir les différents univers des photographes dans une nouvelle installation. Et dans le grand espace du centre d’art bruxellois, sur deux étages, les œuvres des treize photographes prennent une ampleur nouvelle. Croisant les écritures et les sensibilités, les émotions et les nuances, tous et toutes parviennent à faire de ce sujet d’étude un point de départ vers de multiples narrations.

© Paolo Pellegrin / Magnum Photos

© Paolo Pellegrin / Magnum Photos

Une mosaïque d’imaginaires

On ne peut tout d’abord qu’admirer la qualité plastique des vues aux airs d’estampe de Pentti Sammallathi – « une des séries qui fonctionne le mieux en livre », rappelle Delphine Dumont. Privilégiant lui aussi le noir et blanc poétique, les paysages minimalistes et les animaux en ombre chinoise, Michael Kenna propose une collection des plus délicate. Attachant une importance particulière à l’impression, Byung-Hun-Min imagine quant à lui un univers texturé et immersif, où les paysages se font aussi doux que des tissus. Autre élément fondateur de la collection, Bernard Plossu brille également par son usage du monochrome et par l’infinie tendresse avec laquelle il parvient à capturer les animaux.

Une douceur caractéristique du travail de Terri Weifenbach. Alors qu’elle habitait à Washington DC, dans une banlieue de plus en plus envahie par le béton, la photographe américaine choisit de conserver la verdure de son jardin. Une oasis qui attire une horde de moineaux, dont les vols chorégraphiés et la grâce naturelle fascinent l’artiste. « J’ai appris beaucoup de choses à leur contact. Le fait qu’ils peuvent vivre une vingtaine d’années, et qu’ils vivent en société, par exemple », confie-t-elle.

© Christophe Maout

© Christophe Maout

Au Japon, Rinko Kawauchi a vu mourir son désir de partir sur une île documenter la vie des hirondelles à cause de la pandémie. Pourtant, un heureux hasard survient : un couple d’hirondelles fait un jour son nid dans son garage, en banlieue de Tokyo. Un parallèle tendre et amusant avec son propre statut de mère, confinée chez elle et s’occupant de son enfant. C’est au Japon également que Paolo Pellegrin réalise ses clichés captivants d’une colonie de milans – un sujet découvert par hasard, alors qu’il partait photographier les célèbres cerisiers de Kyoto. Plus graphique, Yoshinori Mizutani ne cesse d’arpenter lui aussi les rues nippones à la recherche de scènes insolites et colorées. Inspiré par la vie urbaine tokyoïte, il fige des scènes aux confins du fantastique. Un goût pour l’irréel que l’on retrouve, comme un écho, dans les créations de Graciela Iturbide. Nourrie par l’héritage culturel mexicain, l’artiste dresse un univers surréaliste, quelquefois fantasmagorique, où le surréalisme domine, et écrase toute notion du réel.

Véritable pause contemplative, Christophe Maout, lui, décide d’associer une paire de jumelles à un objectif – un clin d’œil aux origines du médium – pour réaliser des images rondes d’un ciel sublime : la vue de son appartement parisien. Au cœur du calme apaisant du confinement, il se perd dans la contemplation des volatiles, symboles d’une intense liberté. Le duo Albarrán Cabrera prolonge cette virée onirique grâce à leurs tirages splendides, travaillés aux infusions, aux feuilles d’or et aux chaudes nuances. Une plongée dans un monde d’une beauté bouleversante qu’on ne peut qu’apprécier. Cette douce rêverie prend fin face aux représentations d’oiseaux de Leila Jeffreys. Car en contemplant les créations de l’autrice australienne, on ne peut qu’ouvrir grand les yeux, ébahi·es. Travaillant à l’aide d’un studio qu’elle déplace et emmène partout avec elle, elle parvient à attirer les oiseaux et réaliser des portraits d’une humanité sans pareille. Situées à ses côtés, les créations de Roger Ballen – dernier ajout de la collection des Oiseaux – semblent lui répondre. Dans un noir et blanc sombre, viscéral, ses compositions mêlant oiseaux, marionnettes, poupées et créatures étranges sorties de son imaginaire, déplacent les volatiles dans un espace autre, aux frontières du cauchemar, là où plus rien ne semble impossible.

D’une inventivité impressionnante, l’exposition met en scène avec adresse l’ensemble créé par EXB. Une mosaïque d’écritures, de géographies et d’imaginaires à découvrir et savourer absolument.

© Roger Ballen

© Roger Ballen

© Yoshinori Mizutani / courtoisie IMA gallery© Leila Jeffreys

© à g. Yoshinori Mizutani / courtesy IMA gallery, à d. Leila Jeffreys

© Albarrán Cabrera

© Albarrán Cabrera

Image d’ouverture : © Albarrán Cabrera

Explorez
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
© Alban Dejong
600° : à Bordeaux, LesAssociés plongent dans les décombres des incendies
Jusqu’au 17 mars 2024, le collectif LesAssociés présente l’exposition 600° au cœur de l’Espace Saint-Rémi, à Bordeaux. Un récit choral...
15 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
© Richard Pak
Les photographes de Fisheye et la pollution sublimée
Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne...
09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
27 février 2024   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet