Drôles d’oiseaux

12 février 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Drôles d’oiseaux

À travers Beak, série photographique aux influences picturales, l’artiste française Sophie Alyz aborde, de manière atypique, les enjeux écologiques actuels.

Journaliste culturelle de formation, Sophie Alyz s’est tournée vers la photographie en 2005. « Pour une raison que j’ignore, il m’est devenu très difficile d’écrire, pourtant, j’avais toujours besoin de raconter des histoires. Je baignais dans l’univers culturel, visitais de nombreuses expositions, côtoyais des artistes… C’est donc naturellement que je me suis tournée vers la photo », confie-t-elle. Aujourd’hui professionnelle – formée notamment à la nature morte et au portrait – elle dirige son travail personnel vers l’homme et sa relation à l’environnement. « J’envisage aussi le 8e art comme un objet avec lequel il est permis de jouer : procédés anciens, Polaroids, destruction de tirages, encre, peinture, etc. », précise-t-elle

Un goût pour l’expérimentation que l’on retrouve dans Beak, récit conceptuel et engagé aux accents picturaux. « En descendant d’un train, l’été dernier, en Suisse, j’ai été frappée par le chant des oiseaux qui résonnait partout, couvrait presque le bruit de la circulation. Si je savais déjà qu’ils avaient fui Paris, j’en prenais pour la première fois vraiment conscience », se souvient-elle. Démarre alors une narration faussement candide, représentant ces animaux dans des trains en partance pour la Suisse.

© Sophie Alyz

Une lecture à contre-courant de l’état du monde

« La réalité est, bien sûr, tout autre : d’après la Ligue Protectrice des Oiseaux (LPO) trois moineaux sur quatre ont disparu de Paris en 13 ans, et un tiers des oiseaux, toutes espèces confondues, a disparu des campagnes françaises en 17 ans »,

explique Sophie Alyz. Les causes ? Les pratiques agricoles, l’intensification de l’urbanisation, ou encore la chasse. Pourtant, malgré ces constats alarmants, Beak se lit comme un doux poème aux espèces animales. Une histoire tendre et décalée, abordant, en contrepoint, l’urgence écologique. « J’ai du mal à faire passer un message en “criant”, j’ai toujours l’impression qu’il va rater sa cible », précise la photographe.

Véritables aquarelles, ses images, retravaillées à l’encre ou à la peinture deviennent organiques, comme issues de la nature elle-même. Inspirée notamment par le peintre danois Vilhelm Hammershøi, célèbre pour son refus de se conformer à la modernisation de l’art, l’auteure propose une lecture à contre-courant de l’état du monde. Ses paysages sauvages comme urbains, et portraits lyriques d’espèces d’oiseaux révèlent, élégamment, la richesse de notre planète. Au cœur d’un flux d’images constant et violent, ses créations deviennent des oasis paisibles, alertant néanmoins d’un péril imminent.

© Sophie Alyz

© Sophie Alyz© Sophie Alyz

© Sophie Alyz© Sophie Alyz© Sophie Alyz

© Sophie Alyz© Sophie Alyz

© Sophie Alyz

© Sophie Alyz

Explorez
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
© Maxime Riché
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
Cette semaine, plongée dans l’œil de Maxime Riché. Dans Paradise, projet que nous vous présentons sur les pages du Fisheye #64, le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
© Charles Thiefaine
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
Du 1er juin au 14 juillet, se tient l’édition 2024 des Mesnographies, le festival international de photographie se déroulant dans le...
03 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
04:54
© Fisheye Magazine
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Sophie Alyz traite, avec Beak, de l’impact de l’homme sur son environnement au travers...
27 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill