Fisheye #59 : méfiez-vous des apparences…

05 mai 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Fisheye #59 : méfiez-vous des apparences…

Le dernier opus de Fisheye est disponible en kiosque et sur le store ! Intitulé « Apparence », ce numéro #59 délivre autant de séries à la poésie graphique que de récits à la profondeur de ton. En son sein, vous y retrouverez également quelques surprises pour les mois à venir…

« Pour cette livrée printanière, nous vous embarquons dans un voyage autour des apparences. Celles qui trompent, celles qui révèlent, celles qui déstabilisent. La vie en somme », écrit Benoit Baume, directeur de la publication Fisheye, dans l’édito de ce numéro. À l’aune de nos dix ans, qui seront célébrés dans les pages du numéro 60 à paraître en juillet, cet opus #59 prouve, une fois de plus s’il le faut, notre volonté de révéler des récits novateurs et hautement symboliques. Ainsi, ce mois-ci, notre cahier central se pare de plusieurs histoires tout autant émouvantes que déroutantes. En parallèle, nous vous dévoilons également les prochaines avancées pour Fisheye, telles que l’arrivée d’un nouveau site web, d’un média dédié à l’art immersif et bien d’autres nouvelles…

Avec What is the Value of Time if it Does not End?, Janick Entremont interroge notre rapport à la mort. En s’aventurant dans le business douteux de la cryogénisation, il révèle nos désirs grandissants d’éternité et de bénéfices… C’est d’ailleurs dans un contexte économique désastreux, lié à la crise de 2008, que l’Espagne a laissé pourrir dans ses paysages des milliers de bâtiments inachevés. Des habitations fantômes à l’abandon qu’a documenté Markel Redondo dans ses images aériennes. Prenons également de la hauteur en poésie avec Paul Cupido et Marc Donikian. Des œuvres à la douceur expansive, nous entraînant dans des rêveries mêlées d’enchantement. Très loin du conte de fées, Paola Paredes raconte en Équateur l’horreur des cliniques dédiées aux thérapies de conversion pour les personnes homosexuelles. Des lieux de tortures existant encore malgré les lois qui les interdisent. Dans un registre bien plus léger, enfin, Tobias Nicolai nous dévoile une tradition épicée. Avec un soin porté au graphisme et aux effets de couches, l’artiste s’est immiscé dans des rites de passage danois, consistant à asperger de cannelle les jeunes adultes célibataires à leurs 25 ans.

© Fisheye Magazine

© Fisheye Magazine

© Fisheye Magazine

© Fisheye Magazine

© Fisheye Magazine

© Fisheye Magazine

© Fisheye Magazine

© Giulio Ghirardi

Image d’ouverture © Giulio Ghirardi

Explorez
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Yannig Hedel : l'équilibre subtil de l'ombre à la lumière
© Yannig Hedel
Yannig Hedel : l’équilibre subtil de l’ombre à la lumière
L'exposition De prime abord, accueillie par la Galerie Bigaignon, met en avant les premiers travaux de Yannig Hedel, des expérimentations...
13 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina