Fisheye en mandarin

07 février 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Fisheye en mandarin

L’année 2018 commence en beauté pour Fisheye, qui concrétise un projet fou : s’exporter en Chine. Un bel exploit pour le magazine photo français, qui sera le premier à disposer d’une telle reconnaissance dans L’Empire du Milieu.

Alors qu’il va bientôt célébrer son cinquième anniversaire, Fisheye se tourne vers l’étranger. Une édition en mandarin du dernier numéro vient de voir le jour, promettant une belle aventure. Ce projet est le fruit d’une collaboration avec le groupe International Media Publishing Limited, installé à Hong Kong. Entièrement traduits en mandarin, 80 000 exemplaires de Fisheye sont désormais présents dans les kiosques en Chine continentale, ainsi qu’à Macao, Taïwan, Singapour et Hong Kong. Cette présence inédite en Asie permet au magazine de partager son regard libre et résolument moderne sur la photographie. Une grande première pour la revue, qui explore un autre continent.

Une galerie parisienne, des films en réalité virtuelle, un festival durant les Rencontres d’Arles, plusieurs sites web… Fisheye est déjà très actif. L’ouverture sur la Chine apparaît comme un nouveau cap symbolique. La perspective de s’exporter à l’étranger, et d’y séduire un nouveau public avide de nouveaux horizons photographiques est exaltante. Avec un dossier consacré aux artistes chinois, le premier numéro traduit en mandarin ne pouvait pas mieux tomber. Une très belle surprise en ce début d’année.

Retrouvez la version chinoise de Fisheye sur www.fisheyemag.com.

 

© Pixy Liao

Image de couverture : Zhang Kechun

Explorez
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
© Ezequiel Rivero / Instagram
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
Par la puissance de son courant, l’eau s’impose comme élément d’inspiration pour les photographes de notre sélection Instagram de la...
21 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
Il y a 11 heures   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill