Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg

20 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg

Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du Centquatre Paris, encore visible jusqu’au 6 juin, Forgotten in the Dark, vidéo du photographe et réalisateur Tom Kleinberg, en est une des pépites hypnotiques.

Travail réfléchi et léché, Forgotten in the Dark retranscrit en tableau « la poésie des corps qui danse et la beauté de la nuit ». Nourri par l’esthétique de Wong Kar Wai ou Tsai Ming Liang « qui ont tous deux une relation avec le nocturne, l’urbain et la contemplation », Tom Kleinsberg s’est également plongé dans le monde des ballrooms, à la fois compétition de danse et défilé de mode. Un univers à part malgré lui. Menés par la voix d’un·e maître·sse de cérémonie, ces derniers sont, à l’origine, des lieux créés et conçus par les communautés LGBTQIA+ racisées, noires et latinas. Mais ces espaces de libertés essaiment aujourd’hui aussi en Asie comme autant de mondes nocturnes échappant aux normes diurnes où la liberté se dit moins par la musique que par une danse virtuose et technique. L’idée du film germe d’abord à Taiwan où Tom Kleinberg passe un an et demi, notamment en tant que photographe dans un cabaret de drag queens. Puis d’autres lieux s’imposent : Paris, et Séoul.   « C’était une façon de démontrer que cette culture possède un langage universel intercontinental. C’était également une manière de mettre en lumière la façon dont les personnes queers peuvent être encore plus marginalisées en Corée » résume l’artiste. Construite autour du récit d’un Griot (un conteur traditionnel africain, ndlr), Matyouz Owen, légende des ballrooms parisien et « mère mondiale » de la Maison Owens, la première Ballroom française, Forgotten in the Dark donne ainsi à contempler – et à entendre – des corps dansant, souvent seuls, dans des espaces urbains déserts – le marché de Gwangjiand notamment – comme autant de figures mythologiques locales, enfermées dans une forme d’existence encore reléguée aux marges, mais déjà mondiale. Lorsque le jour se lève, dernier tableau de l’œuvre, un chœur de danseur·ses, tourbillonne sur le toit d’une tour avec la beauté de demi-dieux, et la force d’un collectif arraché, enfin, au ciel commun.

Forgotten in the dark © Tom Kleinberg

© Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg

© Tom Kleinberg

© Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg

© Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg

© Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg

© Tom Kleinberg

© Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg

À lire aussi
Culture voguing
Culture voguing
Qui a déjà entendu parler du Voguing ? Ce mouvement, né dans le Harlem des années 1960-1970 aux États-Unis, connaît une seconde vie en…
27 février 2020   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Christophe Acker et Johana Malédon : la ville par la danse
Christophe Acker et Johana Malédon : la ville par la danse
Explorer le rapport du corps à la ville de Vichy à travers la pratique chorégraphique, c’est ce que réalisent le photographe et…
16 mai 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tatiana Lopez : s'approprier son histoire à coups d'aiguille
© Tatiana Lopez
Tatiana Lopez : s’approprier son histoire à coups d’aiguille
La délicate broderie qui s’esquisse sur les polaroids de Tatiana Lopez narre l’histoire de minorités. Les récits de femmes et de...
05 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
© Michael Oliver Love
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
Dans le prolongement de notre dernier numéro – dédié aux fiertés – Fisheye organise des lectures de portfolio le 13 juin 2024....
04 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
© Mikael Siirilä
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
Dans Here, In Absence, Mikael Siirilä donne une nouvelle vie à des photographies que nous vous avions déjà présentées il y a quelques...
31 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas