« In Her Rooms » : journaux intimes de femmes en fleurs

18 janvier 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
« In Her Rooms » :  journaux intimes de  femmes en fleurs

In Her Rooms de Maria Clara Macrì s’impose comme un ouvrage intime de mises à nue lyriques. À travers une série de photographies − accompagnées de poèmes, d’éléments naturels et de textes personnels −, l’autrice italienne clame avec délicatesse la libéralisation des corps, l’acceptation et le besoin primordial de se retrouver avec soi-même.

« Je crois que le journal d’une femme, c’est toujours celui de toutes les femmes ».

C’est en ces mots que Maria Clara Macrì ouvre sa réflexion sur son dernier ouvrage tendre et intimiste In Her Rooms. Pensé à la fois comme « un voyage, un témoignage, une fenêtre ouverte » sur les autres et sur elle-même, le projet de l’artiste italienne se lit comme une ode à soi, un coming out brut et authentique. Une œuvre où chaque femme, et personne se sentant femme est libre de se retrouver, à l’abri, dans sa chambre.

Tout commence de manière instinctive, comme un besoin brûlant de « recueillir des histoires vraies, de donner une image » à toutes les émotions diffuses que Maria Clara Macrì ressentait et notait sur ses « petits carnets ». Elle plonge ainsi dans une quête identitaire et décide de partir seule à la recherche de celles qui composeront plus tard les pages de son livre. De New York à Paris, en passant par Barcelone et Los Angeles, elle parcourt près de neuf pays. De ses rencontres fortuites aux comptoirs de bars ou dans des soirées d’inconnu·e·s, elle prend conscience que l’endroit où elle se sent le mieux n’est autre que sa « room ». 

Grâce à sa lecture parallèle de Une chambre à soi de Virginia Woolf, elle est alors certaine de vouloir faire le « portrait de femmes dans leurs espaces de solitude où elles peuvent se réaliser et être elles-mêmes ». Cette pièce − théâtre des plaisirs naturels et simples − sera le fil conducteur de sa série. Elle le sait, elle l’a toujours rêvé, elle dévoilera dans ce projet des histoires internationales, où une multiplicité de corps, de visages et de sensibilités interviendra.

© Maria Clara Macrì

© Maria Clara Macrì

Un huis clos cathartique

Des décors, des lieux empreints de vibrations et représentatifs des personnes que l’artiste a croisées durant son périple habillent les pages du livre. À chaque femme, sa décoration, ses affinités et ses couleurs. Installées dans leur chambre, seules ou accompagnées, ses modèles − qu’elle considère comme ses « sœurs » − se laissent porter par son objectif bienveillant et par sa façon de voir au-delà du genre, et de percer à jour l’aura.

Prises dans leur nudité subtile, ses sujets sont amenées à se dévoiler sans artifices et avec authenticité. Ce sont du lyrisme et de la douceur qui émanent du calme de ces moments privilégiés. Ici, les vulnérabilités et insécurités sont pleinement accueillies, sans mensonges, jugement, ni ressentiments. Au contraire, les hypersensibilités sont acceptées, voire embrassées. Au sein de ce cocon protégé, à l’abri des regards malveillants et du reste du monde les femmes s’acceptent en liberté. Loin des « attentes et des contraintes sociales », elles étreignent leurs défauts et épousent enfin leur féminité, ce que l’autrice définit comme une « énergie complexe et fluide, parfois impétueuse et sauvage comme la mer et le vent, parfois douce, délicate et fragile. C’est une étreinte, un soin, une créativité et une fantaisie, un sentiment de faire partie de la terre mère. La féminité coexiste aussi et surtout avec la masculinité ».

Peintres, dessinatrices, amoureuses, ambitieuses, émotives, rêveuses, lunaires, adolescentes, mères, abimées… autant de personnalités que la photographe dévoile, avec l’ambition globale de faire émaner leur « beauté essentielle ». Derrière le regard de Maria Clara Macrì, les protagonistes fleurissent au gré de leurs envies. En « constante évolution et révolution », mais définitivement fidèle à elle-même, l’artiste a le don de l’empathie et nous le témoigne avec soin. En tant que lecteur·rice·s nous sommes les invité·e·s d’honneur et spectateur·rice·s de l’épanouissement de ces femmes. Nous rentrons, avec lumière et bénédiction dans leurs pièces sacrées, là où tous leurs secrets sont gardés à jamais.

 

In Her Rooms, Postcart, 208 pages, 40 €. En vente à Paris chez Ofr. et à la nouvelle chambre claire.

 

© Maria Clara Macrì

 

© Maria Clara Macrì© Maria Clara Macrì

 

© Maria Clara Macrì

 

© Maria Clara Macrì© Maria Clara Macrì

 

© Maria Clara Macrì

 

© Maria Clara Macrì© Maria Clara Macrì

 

© Maria Clara Macrì

© Maria Clara Macrì

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas