Iris Millot : des contes intimes et politiques à la MEP

08 mars 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Iris Millot : des contes intimes et politiques à la MEP
© Iris Millot
© Iris Millot
© Iris Millot

Dans une exposition personnelle accueillie par le Studio de la MEP, Iris Millot dévoile sa série Le soleil passe à l’embranchement, qui revient sur l’histoire de sa grand-tante, ancienne militante du Mouvement de Libération des Femmes. À découvrir jusqu’au 7 avril.

Lauréate du Prix Dior de la Photographie et des Arts Visuels pour Jeunes Talents 2023, Iris Millot récolte, dans son travail, des récits autour de nos relations avec nos milieux de vie. Des histoires intimes et politiques, particulières et collectives, qui s’expriment dans une photographie narrative, symbolique, dépouillée d’ornements. Jusqu’au 7 avril, sa série Le soleil passe à l’embranchement est exposée au Studio de la Maison Européenne de la Photographie. Ce conte engagé est l’histoire de sa grand-tante, ancienne militante du Mouvement de Libération des Femmes. Le portrait d’Hélène, cette femme farouchement libre au style de vie radical, mêle fiction et reportage. C’est la trajectoire d’une vie, évoquée par des objets du quotidien et des paysages emblématiques. Dans une interview pour le Harper’s Bazaar, elle explique : « Ce projet est né d’une rencontre très intime et forte. J’ai dû inventer mes propres protocoles, mes propres processus de travail pour traverser ces archives, les trier, les capturer mais aussi enregistrer Hélène, couper les bandes-sons… J’ai effectué un travail presque archéologique en explorant différentes strates ; intimes et sociales. »

Une édition féministe et politisée

Au moment où Iris Millot décide de retourner voir sa grand-tante qu’elle n’a pas vue depuis douze ans, la France est plongée dans le grand mouvement social contre la réforme des retraites et contre la loi Darmanin. Hélène, cette ancienne militante du MLF, incarne une époque. Son regard sur l’actualité est précieux. Sa vie a été traversée par les luttes féministes et elle fait partie de ces pionnières qui ont ouvert la voie, entre autres, à l’épanouissement d’une édition féministe et politisée. Face à des personnages comme Hélène, comment garder une distance entre intime et politique ? Comment ne pas lier une trajectoire individuelle à celle de toute une société ? Le soleil passe à l’embranchement, la série photographique qui naît de cette rencontre, s’impose comme une plongée dans une archive personnelle qui détient, en partie, les clés de compréhension du monde contemporain. Hélène vit dans un cadre bien particulier : elle a réinvesti une ancienne ferme, dans laquelle elle se sent connectée au vivant et assume une autonomie (presque) totale. Cette série est l’histoire d’une reconnaissance : celle de deux femmes qui, à distance de quelques décennies, se voit l’une dans l’autre et mettent en commun une vision du monde similaire. C’est une archive familiale qui témoigne du changement d’un monde.

© Iris Millot
© Iris Millot
À lire aussi
My-Lan Hoang-Thuy : étude du corps féminin sensible et polysémique
© My-Lan Hoang-Thuy
My-Lan Hoang-Thuy : étude du corps féminin sensible et polysémique
La Maison européenne de la photographie consacre une rétrospective à Viviane Sassen, accompagnée d’une exposition dans le Studio de…
28 novembre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
Prix Dior : un face-à-face d'esthétiques et de sensibilités
Prix Dior : un face-à-face d’esthétiques et de sensibilités
Le Prix Dior de la Photographie et des Arts Visuels pour Jeunes Talents a dévoilé les noms de ses quatorze lauréats. Toutes et tous ont…
22 juillet 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Isabelle Wenzel : cyber féminisme et dualité des corps
Isabelle Wenzel : cyber féminisme et dualité des corps
Ancienne acrobate, Isabelle Wenzel met son corps en scène dans chacune de ses images. Un corpus impressionnant, où la fluidité des…
06 avril 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas

Explorez
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
© Glauco Canalis
Glauco Canalis : une allumette pour tout embraser
Photographe italien résidant à Londres, Glauco Canalis présente The Darker the Night, the Brighter the Stars [Plus la nuit est sombre...
10 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill