My-Lan Hoang-Thuy : étude du corps féminin sensible et polysémique

28 novembre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
My-Lan Hoang-Thuy : étude du corps féminin sensible et polysémique
© My-Lan Hoang-Thuy
© My-Lan Hoang-Thuy

© My-Lan Hoang-Thuy
© My-Lan Hoang-Thuy

En parallèle de sa rétrospective dédiée à Viviane Sassen, la Maison européenne de la Photographie accueille, dans son Studio, l’artiste émergente My-Lan Hoang-Thuy. Plongez, jusqu’au 10 décembre, dans son univers sensible, mêlant photographie et peinture.

Pour sa troisième saison 2023, la MEP continue son cycle autour des femmes artistes en mettant en avant le travail de Viviane Sassen et de la jeune photographe My-Lan Hoang-Thu. Les langages des deux artistes se répondent autour d’une écriture intimiste et sensible. Les corps des femmes y sont explorés par la peinture, le collage et l’installation, ainsi que par le prisme de la mode. Empathique, riche de nuances et de délicatesse, le travail de My-Lan Hoang-Thuy mêle peinture et photographie en abolissant la frontière entre les médiums. L’exposition Femme Actuelle tisse donc des liens entre peinture, arts graphiques, dessin et photographie et présente une série de travaux réalisés à partir de peinture acrylique, avec une esthétique qui s’affranchit d’un schéma préétabli. Cette sélection d’œuvres produites entre 2019 et aujourd’hui, sont unies par une continuité thématique : son corps, figure récurrente des œuvres présentées, est étudié, modulé et renversé.

Le corps comme outil d’analyse

Au cœur de Femme Actuelle, My-Lan Hoang-Thuy explore le corps féminin à travers plusieurs médiums, allant de la peinture au dessin graphique, en donnant vie à une fresque polysémique et polymorphe. Ses œuvres répondent à une structure similaire : elles sont réalisées à partir de peinture acrylique, dont l’artiste produit elle-même les mélanges de couleurs. En s’émancipant de tous les codes préétablis, l’artiste « module son anatomie, l’allonge ou la rapetisse, diversifie ses poses, et renverse toute tentative d’objectivation de son corps » comme l’indique la commissaire d’exposition, Clothilde Morette. Une série qui témoigne d’un goût prononcé pour l’édition, à travers un équilibre précis entre les textures et les motifs ainsi que dans les choix de gabarits proches des formats papier. 

Les compositions sont constituées d’éléments du quotidien, autant dans le choix des matières que des couleurs. Le parcours est d’ailleurs rythmé par un agencement colorimétrique précis. Le corps est envisagé comme un outil d’analyse. L’artiste devient l’alchimiste d’elle-même. « Seule, dans une œuvre grand format, l’artiste se représente plus lisiblement » précise Clothilde Morette. Dans certaines images, en tenant dans la main le déclencheur de son appareil photo, elle nous rappelle que c’est bien elle qui maîtrise l’exposition de soi. 

À l’occasion de cette exposition, une publication présentant l’ensemble des œuvres de Hoang-Thuy sera éditée par Bernard Chauveau.

© My-Lan Hoang-Thuy
À lire aussi
Viviane Sassen à la MEP : mode couleurs
© Viviane Sassen / Courtesy of MEP
Viviane Sassen à la MEP : mode couleurs
Jusqu’au 11 février 2024, Viviane Sassen s’expose à la Maison européenne de la photographie à l’occasion d’une rétrospective d’envergure….
02 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Boris Mikhaïlov à la MEP : journal d’un éternel irrévérencieux
Boris Mikhaïlov à la MEP : journal d’un éternel irrévérencieux
Pour la rentrée, la Maison européenne de la photographie accueille la première rétrospective en France consacrée au photographe ukrainien…
08 septembre 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
« Love Songs » à la MEP : offrez-vous une ballade dans l’intimité des photographes
© Nan Goldin
« Love Songs » à la MEP : offrez-vous une ballade dans l’intimité des photographes
À la MEP, jusqu’au 21 août, les plus grands photographes des 20e et 21e siècles nous chantent l’amour…
31 mars 2022   •  
Écrit par Anaïs Viand
Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill