« J’ai toujours pensé qu’un travail devait se suffire à lui-même, peu importe le genre »

28 décembre 2020   •  
Écrit par Anaïs Viand
« J’ai toujours pensé qu’un travail devait se suffire à lui-même, peu importe le genre »

Retour sur les auteures présentées dans le cadre du parcours digital dédié aux femmes photographes Elles X Paris Photo. Alejandra Laviada développe une œuvre expérimentale, explorant les relations entre les différentes formes d’art – de la peinture à la sculpture en passant par la photographie.

Fisheye : Qu’est-ce qui vous a amenée à la photographie ? Vous définissez-vous comme photographe ?

Alejandra Laviada : J’ai débuté ma carrière en tant que peintre, mais la photographie a pris, au fil du temps, une place plus importante. Elle m’aide à mieux laisser parler ma créativité. Je me considère à la fois comme une photographe et une artiste, mais je pense que mon travail s’apparente parfois davantage à l’art contemporain qu’à la photographie traditionnelle.

Quels sont vos engagements dans votre pratique photographique ?

La relation entre photographie et sculpture a toujours été l’un des thèmes centraux de ma pratique. Dans chaque projet, je cherche de nouvelles manières de développer cette relation. La sculpture et la photographie ont toujours été liées, et j’aime interroger et redéfinir le rôle du 8e art dans ce contexte. Une image peut être lue comme une sculpture, des objets ordinaires peuvent être transformés ou perçus différemment grâce à un cliché. Et une photo d’une sculpture peut devenir autre chose qu’un simple document.

Je souhaite réaliser des images qui ne peuvent pas être rangées dans une seule catégorie, mais qui peuvent être vues comme des photographies, des sculptures ou des peintures. Le medium photographique évolue actuellement et prend de nouvelles directions, et je crois que l’une de ses plus grandes forces provient de son dialogue avec les autres disciplines artistiques. J’aime créer des œuvres qui émergent de ces dialogues. Mes études de peinture ont considérablement influencé mon approche de la photo. Je vois le 8e art comme une toile blanche et j’essaie de créer des images qui transcendent la nature “représentative” de la photo.

© Alejandra Laviada / Courtesy Galerie Bendana Pinel

Est-il légitime de parler d’un regard de femme dans la photographie ? Vous sentez-vous concernée ?

Il est tout à fait pertinent de parler d’un regard de femme dans la photographie, mais je crois que celui-ci s’apparente davantage au portrait. Cependant, on a tendance à appliquer différentes étiquettes à un travail, et cela ne signifie pas vraiment que ce travail correspond à ces étiquettes, ni qu’il s’agissait de l’intention de l’artiste.

Je n’ai pas la sensation que cette notion de regard de femme concerne mon travail. Je préfère me focaliser sur les objets, et les concepts sculpturaux.

Est-ce que votre statut de femme a/a eu une influence sur votre statut d’artiste ?

Je ne pense pas qu’être une femme ait influencé mon statut d’artiste. Ce statut peut engendrer certaines limitations, il est vrai. Parfois, les femmes sont plus exposées ou vulnérables dans certaines situations – travailler à Mexico, par exemple.

Concernant l’exposition des travaux de femmes, on ne peut nier qu’il y a moins de femmes artistes présentées dans les galeries et musées. Je ne comprends pas pourquoi cela continue d’être le cas. J’ai toujours pensé qu’un travail devait se suffire à lui-même, peu importe le genre, la nationalité ou le passé d’un ou d’une artiste, mais je sais bien que ce n’est pas réaliste.

Vivez-vous de votre art ? 

Si seulement ! J’en suis à un point où je réinvestis tout pour réaliser de nouveaux travaux. J’ai différentes sources de revenus qui m’aident à rester indépendante et j’espère qu’un jour cet équilibre changera. Mais, dans un monde en pleine crise, au sein d’un domaine – l’art – sur le point de s’effondrer, je crains que cela n’arrive pas.

Quels sont les auteur(e)s qui vous inspirent ? Parmi eux/elles, y a-t-il des femmes photographes ?

Les écrits de Robert Smithson ont toujours influencé mes œuvres. Mais, récemment, j’ai redécouvert les travaux d’Hilma af Klint, Louise Bourgeois et Annie Albers.

J’ai également une longue liste de photographes en tête. Parmi eux : Vivian Sassen, Michael Wolf, László Moholy-Nagy, Wolfgang Tillmans, Anna Atkins, ainsi que ma photographe mexicaine préférée, Graciela Iturbide.

© Alejandra Laviada / Courtesy Galerie Bendana Pinel© Alejandra Laviada / Courtesy Galerie Bendana Pinel

© Alejandra Laviada / Courtesy Galerie Bendana Pinel

Explorez
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
© Quentin Yvelin
La poitrine creuse : Quentin Yvelin et le souffle (qui) court
Des corps, qui respirent et expirent, la cage nouée, les membres dénudés. Autour d’eux, des roches, des végétaux, des ombres que les...
15 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
© Ame Blary
Les images de la semaine du 06.05.24 au 12.05.24 : danser loin des sentiers tracés
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine nous invitent à nous évader des conventions sociales et de la pensée dominante....
12 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet