Jan Philipzen : réveiller l’esprit rave

18 octobre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Jan Philipzen : réveiller l'esprit rave
© Jan Philipzen
© Jan Philipzen

Portraits de musicien·nes, ambiances de rave, shootings de mode… L’Allemand Jan Philipzen, à la fois photographie et musicien, possède un univers fascinant. À tout juste 25 ans, il décrit son travail comme « un chaos organisé », fait d’excès et d’instabilité, de spiritualité et de sensualité, de beauté et d’éphémère. Des symptômes et des traces de l’amour, de la joie et de l’amitié… mais aussi de violence. Inspiré par l’esthétique des pochettes d’albums et les codes vestimentaires de différentes sous-cultures punk, metal, techno, il fait de la musique une source constante d’inspiration de sa pratique photographique. « L’ensemble de mon processus de postproduction a été très inspiré par les zines punk et les pochettes d’albums de black metal du début des années 1990 », confie-t-il. À la question de savoir quelle serait la bande sonore la plus adaptée à ses images, Jan Philipzen répond que ce serait probablement la musique qu’il créé lui-même – l’artiste étant par ailleurs derrière le projet musical intitulé Solar Witch Cult, qui mélange ses genres de prédilection. Si le lien entre ces deux arts n’est pas si évident, comme en musique, la photographie nécessite une organisation harmonieuse des éléments – visuels – pour créer une œuvre esthétique : elle est nourrie ici par la beauté des compositions de l’artiste. Mais sa pratique est aussi faite d’une alternance entre rythme entêtant et silences, et de formes et de textures qui servent l’émotion esthétique. Qu’il soit personnel ou né de commandes, le travail de Jan Philipzen est particulièrement contrasté et éclectique. Une constante cependant, « la texture, déclare-t-il. Que ce soit par l’impression, la numérisation, les reproductions ou les superpositions. » On remarque, également, l’importance de la lumière, explorée tant dans son interaction entre flash et éclairage naturel, que dans des installations plus complexes. Musique ou photographie, le support dans lequel il s’exprime importe peu, affirme-t-il finalement. Car l’essentiel, c’est l’expression elle-même.

© Jan Philipzen
© Jan Philipzen
© Jan Philipzen

© Jan Philipzen
© Jan Philipzen
© Jan Philipzen
© Jan Philipzen

© Jan Philipzen

© Jan Philipzen
© Jan Philipzen
© Jan Philipzen
Explorez
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet