La dramaturgie de la nuit vue par les Jeunes Talents de Planche(s) Contact

23 novembre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La dramaturgie de la nuit vue par les Jeunes Talents de Planche(s) Contact

Jusqu’au 2 janvier 2022, Planche(s) Contact colore Deauville. Cette année encore, le festival propose des projets riches, mêlant humour, poésie et expérimentations. Lumière sur les lauréats du Tremplin Jeunes Talents, qui, inspirés par leurs errances nocturnes, développent des récits aux frontières du réel.

Festival construit autour des résidences d’artistes, Planche(s) Contact donne à voir, depuis 2016, la jeune création, à travers son Tremplin Jeunes Talents. Évoluant librement dans Deauville, les photographes émergents s’imprègnent de l’atmosphère et de la lumière singulières de la ville balnéaire pour ériger des récits hors du temps, inspirés par ce qui forge l’identité du lieu. Cette année, c’est tout naturellement que les lauréats ont trouvé leur place au cœur des Franciscaines, pôle multiculturel emblématique refait à neuf. Sur les murs blancs, chaque auteur construit son propre espace, inscrit sur la surface blanche sa propre trace et propose au visiteur une promenade intense dans les rues de la cité.

Car Teo Becher, Céline Croze, Antoine Lecharny et Alisa Martynova parviennent à faire dialoguer leurs œuvres. D’un endroit à l’autre, les images assombrissent l’espace, se veulent immersives. Elles viennent casser l’image clichée de Deauville, d’une ville connue pour sa plage, ses courses hippiques, sa relation avec le cinéma. Dans les photographies des lauréats, au contraire, l’esprit des lieux est révélé. Il flotte dans un environnement désert – vidé par les contraintes des confinements passés – et envoûte le regardeur.

© Antoine Lecharny

© Antoine Lecharny, pour Planche(s) Contact 2021

Laisser surgir l’émotion

Portés par le grain de l’argentique, les flous artistiques, la lumière de la lune et le charme des errances nocturnes, les photographes présents content des histoires aux frontières du réel. Un voyage qui débute – littéralement – avec Antoine Lecharny, qui capture ses allers-retours en train entre Deauville et Paris.

Dessinateur et sculpteur, l’artiste se défait, depuis quelques années, d’une pratique documentaire pour laisser surgir l’émotion. Et, bercé par le paysage qui défile, il saisit des scènes, des visages, des apparitions éphémères venant apporter une dimension onirique à une action ordinaire. Une oscillation que l’on retrouve dans Silence Insolent, de Céline Croze, artiste visuelle formée en cinéma. À l’aide de couleurs chaudes, qui rappellent les nuits moites estivales, elle capture les contrastes des peaux, des vagues et des fenêtres des bâtisses face au noir et de la nuit. Inspirée par l’entre-deux, le « monde d’avant et celui d’après », elle cherche les dichotomies, les métaphores qui parviendraient à illustrer l’immobilité d’un quotidien mis en pause à cause de la crise sanitaire.

Séduit par les soirées deauvilloises, Teo Becher s’est lui aussi aventuré dans l’obscurité à la recherche de son sujet. Et c’est en observant la vie, de l’extérieur, qu’il trouve l’inspiration. « La ville possède une aura très chargée. Il était facile de la faire dialoguer avec mon travail habituel, qui s’articule autour des histoires racontées, de l’instauration d’une étrangeté. La nuit apporte une dimension surnaturelle au tout, les couleurs se révèlent d’elles-mêmes », confie-t-il. Évoquant les banlieues pavillonnaires de Todd Hido, l’architectural Home Sensations donne aux fenêtres, aux devantures des foyers une dimension théâtrale fascinante.

© Teo Becher© Teo Becher

© Teo Becher, pour Planche(s) Contact 2021

Tromper le regard

Immersive, l’installation d’Alisa Martynova, photographe d’origine russe, propose quant à elle une plongée sensorielle dans un univers tout aussi sombre et poétique. Dans la continuité de son travail initié en Italie autour de la question migratoire, l’autrice entame un dialogue entre portraits, paysages et son pour conter l’histoire de personnes originaires de diverses parties d’Afrique. « Je voulais travailler sur l’histoire, l’origine, la culture. Je m’intéresse à la manière dont ces migrants préservent leur héritage et le font connaître aux autres. Beaucoup de personnes rejettent leur culture lorsqu’ils arrivent dans un nouveau pays. Il est important de créer des communautés pour perpétuer la langue, la tradition. Car même en Afrique, elles sont peu à peu oubliées », raconte-t-elle.

Dans la pénombre – un laps de temps qui lui permet de mieux contrôler la lumière et l’atmosphère – Alisa Martynova parvient à tromper le regard. Face à son objectif, les paysages muent, se transforment, et évoquent l’aridité du continent africain. La Bretagne s’efface, au profit d’un espace minéral, sec, terres de folklore et d’apparitions fantomatiques. « Les légendes et mythes se racontent plutôt la nuit », s’amuse-t-elle. Il y a quelque chose de vivant, dans les œuvres de l’artiste. Une dimension organique, qui s’éveille au son des voix enregistrées – racontant des histoires dans plusieurs langues. Quelque chose qui prend vie et vient posséder le visiteur. Dans cet univers étrange, hors des cartes et hors du temps, le poids des coutumes, des récits, devient palpable. Il propose une osmose avec la nature, avec l’autre. Un besoin de connexion d’autant plus fort en plein isolement.

Et, privées de la lumière solaire, les œuvres des Jeunes Talents se complimentent étrangement. Organiques, brutes, sensuelles, les images appellent l’imaginaire, ouvrent une brèche vers le fantastique, comme si le réel n’était plus satisfaisant. Comme si Deauville, privée de ses habitants, tous reclus chez eux, se teintait d’une aura fantasmagorique, aussi inhabituelle qu’hypnotique.

© Antoine Lecharny

© Antoine Lecharny, pour Planche(s) Contact 2021

© Teo Becher© Celine Croze

© à g. Teo Becher, à d. Celine Croze, pour Planche(s) Contact 2021

© Celine Croze

© Celine Croze, pour Planche(s) Contact 2021

© Alisa Martynova© Alisa Martynova

© Alisa Martynova

© Alisa Martynova© Alisa Martynova

© Alisa Martynova

© Alisa Martynova, pour Planche(s) Contact 2021

Image d’ouverture : © Alisa Martynova, pour Planche(s) Contact 2021

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
21 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas