La sélection Instagram #454 : un message d’absence

14 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
La sélection Instagram #454 : un message d'absence
© Luma Koklova / Instagram

L’absence évoque souvent un sentiment de vide, mais il peut aussi faire écho à une sensation d’apaisement, de nature, ou de calme. Souffrir du manque d’un être cher ou respirer l’air frais de la campagne, loin de toute forme de civilisation, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine ont laissé sur le répondeur un message visuel d’absence.

@_ahyla

Les photographies d’Aida Chambó évoquent le temps suspendu. L’absence y est présente sous toutes ses formes. Elle se dessine sur des draps froissés, sur une chaise vide, en face d’un lavabo. Est-elle synonyme de souffrance ou d’apaisement ? Cette interprétation est propre à celle ou celui qui contemple les clichés analogues, empreint de tendresse et de solitude.

© Aida Chambó / Instagram
© Aida Chambó / Instagram

@lumakoklova

Luma Koklova est absente. Absente d’une chambre avec des murs. Ses photographies azur et lilas respirent la liberté et invitent à s’éloigner de la tourmente du monde contemporain. Ses lits prennent vie dans les montagnes ou sur la plage à travers la pellicule photographique ou Polaroid. Elle déconnecte pour mieux se reconnecter, une nuit à la belle étoile, une sieste au bord de la mer.

© Luma Koklova / Instagram
© Luma Koklova / Instagram

@marco.rapaccini

La nature renaît dans les cyanotypes de Marco Rapaccini. Telles des images au fusain, le photographe dessine un monde sans vie humaine, où les arbres, les oiseaux et les coquillages règnent en maîtres. Ses tirages, d’une précision millimétrée, ont l’air tout droit sortie d’un herbier.

© Marco Rapaccini / Instagram
© Marco Rapaccini / Instagram

@loonamoonphotos

Le monde de @loonamoonphotos est un monde sans hommes, un monde où les soucis semblent être absents. Dans des plaines bucoliques, non loin de l’océan, ses photographies argentiques témoignent du calme. La balade est douce, entre les noir et blanc et couleurs pastel, et a l’odeur des poires et de la sororité. 

© loonamoonphotos / Instagram
© loonamoonphotos / Instagram

@besikciali

Les photographies de l’artiste turc Ali Beşikçi coupent presque le souffle. L’auteur explore le vide, les natures mortes, les paysages à perte de vue, l’eau qui empêche de respirer. Son travail intemporel invite à la réflexion et aux sentiments. L’obturateur permet de s’éclipser, un instant, de la réalité. L’isolement est nécessaire pour mieux se retrouver.

© Ali Beşikçi / Instagram
© Ali Beşikçi / Instagram
À lire aussi
Isabelle Vaillant : récits d’une construction intime
© Isabelle Vaillant
Isabelle Vaillant : récits d’une construction intime
Jusqu’au 19 mai 2024, la photographe Isabelle Vaillant investit L’Enfant Sauvage, à Bruxelles, en proposant une exposition rétrospective….
26 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Andoni Beristain : une couleur pour conjurer l'absence
Andoni Beristain : une couleur pour conjurer l’absence
C’est lors de sa deuxième année d’études en design, sous les bons conseils de l’un de ses professeurs, qu’Andoni Beristain s’est essayé…
22 juillet 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
« True Home »,  les sentiments du corps
« True Home », les sentiments du corps
Avec la série True Home, Yura Taralov tente de faire émerger les sentiments intérieurs véhiculés par le corps. Dans un ensemble de…
04 avril 2022   •  
Écrit par Julien Hory
Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas