Us : Le road trip d’Arno Brignon au cœur d’un « territoire de l’absence »

01 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Us : Le road trip d’Arno Brignon au cœur d’un « territoire de l’absence »
© Arno Brignon / Signatures
© Arno Brignon / Signatures

À Toulouse, au cœur de la Galerie du Château d’Eau, Arno Brignon dévoile les images de Us, un road trip photographique au cœur de douze villes reprenant le nom de capitales européennes. Un récit intimiste où se croisent sa vision du territoire et son rapport à la famille, à découvrir jusqu’au 14 avril 2024.

Il y a les routes qui s’étendent vers l’horizon sans jamais vraiment finir, les forêts à perte de vue, les figures croisées au détour d’une nuit. Il y a l’étrange intimité des motels, où l’image de la famille s’illumine à nouveau, et les archétypes américains qu’on s’imagine sans peine – le chapeau de cow-boy, l’enfant qui s’ennuie loin des métropoles, le drapeau qui s’agite dans le vent – et ceux photographiques qui nous reviennent tout aussi aisément en mémoire : Robert Frank, Wim Wenders, mais aussi Sarah Moon. Dans Us, série exposée à la Galerie toulousaine du Château d’Eau, Arno Brignon présente le fruit de trois road trips aux États-Unis, passés en compagnie de sa compagne et de sa fille. Sur place, il s’est mis en tête de visiter Amsterdam, Berlin, Lisbon, Paris, Brussels, Athens ou encore Rome. Ces villes américaines n’ayant en commun avec les capitales européennes que leurs noms. « J’ai initié ce projet en 2017, au moment de l’élection de Trump, se souvient le photographe français. La question de l’héritage européen dans ces lieux où l’électorat est très blanc – m’intéressait beaucoup. »

« Faire un road trip quand on est photographe n’est pas une idée très originale, poursuit-il. Mais j’avais besoin de me confronter à cette figure paternelle photographique – et de “tuer le père” ». Mais c’est, paradoxalement, la présence de sa famille qui lui permet de transcender le mythe de l’homme voyageur, héros à la conquête d’un territoire inconnu. Oscillant entre plusieurs regards, plusieurs statuts – à la fois père, compagnon et photographe – Arno Brignon s’immerge finalement dans ces territoires vides, loin du photogénisme de la côte ouest plébiscitée. Il y croise des personnages, protagonistes d’un récit intime qu’il couche en parallèle sur les pages d’un ouvrage publié aux éditions Lamaindonne, mais aussi des frustrations, des incompréhensions. « Il y avait toujours une confrontation au sein de ma famille, entre deux désirs qui ne vont pas bien ensemble. Une confrontation, aussi, entre les lieux très américains et ceux de l’intime. Ce qui m’a permis d’éviter certaines répétitions tout en instaurant une dimension métaphorique », explique l’auteur.

© Arno Brignon / Signatures
© Arno Brignon / Signatures

Comme si l’inconscient avait infusé la pellicule

Car, pour lui, les États-Unis sont le « territoire de l’absence ». Enfant, son père partait y travailler, plusieurs mois à la suite, sans jamais y emmener ses enfants. Adulte, il se confronte à un espace où « la relation est cassée. La question du lien social y est très douloureuse. Les gens vivent côte à côte, mais ne se parlent pas ». Autour de Madrid (300 habitant·es), Copenhague (800), Londres (3000), il n’y a rien. Rien, à part une nature fantasmée, une population enlisée, et des kilomètres de routes. Ce vide, Arno Brignon le traduit alors en images. « Comme si l’inconscient avait infusé la pellicule. » Travaillant avec des films périmés, il laisse l’aléatoire entrer dans son processus créatif. Les instants qu’il capte de son voyage se troublent, s’altèrent. Ils traduisent la mélancolie qui accompagne le trio tout au long du périple. Ici, un port se trouve plongé dans un bleu sombre, les navires devenus des figures floues annonciatrices d’un voyage maudit. Là, une lampe de chevet plonge un couple dans un clair-obscur symbolique, éclairant les étreintes qui les réchauffent, malgré tout.

À ces pistes de lecture, Arno Brignon et Christian Caujolle, conseiller artistique de la galerie du Château d’Eau, ajoutent une dimension physique. Au cœur de l’architecture étonnante du lieu, les clichés exposés à l’étage nous lancent dans notre propre voyage : des planches-contacts représentant des routes insufflent une sensation de vitesse, donnant la cadence à nos pas. En bas, alors que les couloirs sont plus étroits et nous poussent à nous approcher des œuvres, celles-ci deviennent plus intimistes. Comme une invitation à plonger dans le quotidien étrange de ces excursions familiales. Du noir et blanc à la couleur, Us multiplie en fait les dialogues : entre partage et solitude, pauses et travail, gigantisme et confinement. Mais il croise également les regards et les influences de son auteur : les références photographiques évidentes – « toutes assumées, parce que sur place, on ne peut pas faire autrement ! », précise-t-il d’ailleurs – rencontrent les créations plus oniriques, encapsulant un paysage mystique qui émerge du grain et des halos colorés. Réunies, les images se font impressionnistes. Elles révèlent les états d’âme d’un auteur en pleine création, elles soulignent l’authenticité de ce road trip aux visions multiples. Elles incarnent, tout simplement, l’idée d’apprendre « à regarder, et à voir à plusieurs ».

© Arno Brignon / Signatures
© Arno Brignon / Signatures
À lire aussi
Mous Lamrabat et la rencontre jubilatoire entre deux mondes
Mous Lamrabat et la rencontre jubilatoire entre deux mondes
Jusqu’au 27 août, la galerie toulousaine Le Château d’Eau, en collaboration avec la Galerie Loft Art de Casablanca, accueille l’œuvre de…
09 juin 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Roadtrip sensoriel aux États-Unis
Roadtrip sensoriel aux États-Unis
Photographe habitué des voyages, André Terras Alexandre a photographié, durant deux semaines, les paysages de l’Ouest américain. Un…
18 février 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Arno Brignon : « Free Doors to Spain »
Arno Brignon : « Free Doors to Spain »
En 2014, Fisheye a laissé carte blanche à Arno Brignon pour un voyage aux frontières de l’Espagne. Une série sur des territoires à la…
30 novembre 2018   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill