Mettre en image la famille : des histoires de pertes et de retrouvailles

28 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Mettre en image la famille : des histoires de pertes et de retrouvailles
© Ashley Markle

Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À travers des prismes différents, des angles et des pratiques variés, toutes et tous se font les témoins d’une contemporanéité en constante évolution. Parmi les sujets abordés sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouvent les liens familiaux. En cette période de fêtes et de retrouvailles, les auteurices croisent les écritures comme les médiums pour révéler la force ou l’absence d’une relation, et explorer leurs origines. Lumière sur Ashley Markle, Margaret Lansink, Prune Phi, Fábio Miguel Roque, Simon Lehner et Luca de Jesus Marques.

© Ashley Markle
© Margaret Lansink

Les loyautés qui se tissent au fil des années, la sécurité d’un foyer, la confiance qui s’installe au cœur du cocon familial… Mais aussi les tensions, les périodes de silence et d’incompréhension, le poids d’’un héritage laissé sous silence ou depuis trop longtemps oublié. La famille et ses nombreuses variations est l’un des thèmes de prédilection pour qui souhaite se tourner vers l’intime. Imposant l’introspection, le sujet fascine, inspire tout autant qu’il effraie. Il marque pourtant un cap dans l’œuvre d’un·e photographe, comme une manière de se dévoiler par l’image, de mener une enquête que l’on n’osait pas démarrer, de donner à voir sa propre définition d’un terme en mouvance constante – et des émotions qu’il convoque.

Une promesse à honorer

C’est à travers l’écriture documentaire qu’Ashley Markle impose sa vision. Alors qu’elle renoue avec son père, après plusieurs années sans contact, elle compose un journal visuel de leur réunion maladroite, fait de mises en scène collaboratives. Ici, le lien qui unit la fille à son père est effiloché, rongé par le temps et les conséquences d’une certaine négligence. Pourtant, en reconstruisant des souvenirs fantasmés – ou tous·tes deux communiquent et se soutiennent – l’artiste américaine sécurise leur accroche. « C’est grâce à son inclusion, sa volonté de me montrer qui il est, son envie de m’accueillir dans son monde que j’ai pu placer, peu à peu, les pièces du puzzle », précise-t-elle d’ailleurs. L’autrice relie ainsi leur corps à l’aide d’une attache visuelle, synonyme d’une promesse à honorer. Un pacte que Margaret Lansink propose également à sa fille.

Dans Borders of Nothingness – On the Mend, l’artiste néerlandaise s’empare d’une première série monochrome, réalisée initialement pour illustrer la douleur du silence imposé par son enfant, et la pare de coulures d’or. Inspirée par la technique japonaise du kintsugi (qui consiste à recoller les fissures des céramiques à la feuille d’or, ndlr), elle « soigne » leur relation, et sublime leur nouvelle union. « Ma fille et moi avons ressenti cette cassure entre nous, et nous l’avons réparée ensemble, avec tout l’effort et l’énergie que nous avions dans nos cœurs », confie-t-elle dans l’épisode #65 de Focus. Une œuvre d’une poésie rare soulignant la fragilité, comme la délicate beauté des amours familiales.

© Ashley Markle
© Margaret Lansink
© Prune Phi

Un silence rongé par la douleur

S’emparant elle aussi du collage pour nourrir son épopée personnelle, Prune Phi présentait, en 2019 à Circulation(s), Long Distance Call. Un travail né de sa fascination pour les mécanismes de transmission au sein des communautés. Pour mieux comprendre ces paramètres, la photographe et plasticienne s’est plongée dans sa propre histoire et s’est envolée en direction des États-Unis, à la rencontre du pan vietnamien de sa famille, séparé du sien par la guerre. En mêlant montages photographiques et poèmes, l’autrice parvient à illustrer les incohérences comme les résonances de ce curieux groupe éparpillé aux quatre coins du monde. En contrepoint, elle fait des matériaux qu’elle utilise les symboles d’un silence rongé par la douleur, comme si les plis et les déchirures des adhésifs colorés convoquaient « les questions de transmission, mais aussi de non-transmissions : les non-dits, les choses qui sont gardées secrètes suite au traumatisme de la guerre », des souffrances restées muettes durant plusieurs générations.

Cette douleur, Fábio Miguel Roque la représente également au sein d’Origin. Alternant monochromes granuleux et couleurs vives, flashs puissants et images d’archives, il recompose un puzzle troué, abîmé, celui de son héritage personnel. Un travail minutieux, laborieux, puisque mis à mal par toute une génération souhaitant oublier le passé pour se tourner vers un futur qu’elle espère plus clément. Pourtant, prenant le rôle d’un enquêteur acharné, l’auteur s’acharne, et parvient à mettre en lumière les zones d’ombres. Au fil de ses réalisations, il réorganise cette mémoire commune qui transcende les années. « Après un certain temps, j’ai trouvé mon propre point de vue sur ces images, et j’ai tenté d’y mettre un peu d’ordre », nous rassure-t-il.

© Fábio Miguel Roque

© Fábio Miguel Roque

© Prune Phi
© Lucas De Jesus Marques

L’enchevêtrement des émotions

Mais les images d’archives peuvent aussi parfois devenir un terrain d’expérimentation, propice à l’hybridation, au dialogue avec des outils plus contemporains. C’est en tous cas cette oscillation entre l’ancien et le moderne qui inspire Genealog IA à Luca De Jesus Marques. À l’aide de l’intelligence artificielle, l’ancien étudiant de Gobelins tente d’imaginer le portrait des membres de sa famille qu’il n’a pas connus. À la manière d’un arbre généalogique, il élabore, avec Midjourney, des portraits qu’il « dégrade » ensuite au moyen de procédés photographiques plus anciens, comme des clins d’œil aux inventions technologiques vécues par ses aïeules·eux. Ainsi, du rien laissé par celleux qui disparaissent, il édifie un récit intime imaginaire, comme pour colorer les blancs qui jalonnent son histoire. Un récit aux vertus thérapeutiques qui l’aide à affirmer : « Si un jour, j’ai un enfant, il ne connaîtra pas ce sentiment de manque et d’incomplétude qui a pu me traverser. Je ferai en sorte qu’il sache d’où il vient. »

Lui aussi avide de panser les blessures laissées par l’absence, Simon Lehner emprunte quant à lui à l’univers des jeux vidéo pour définir sa relation à son père. « Je l’ai rencontré pour la première fois en 2005 lorsque j’avais neuf ans, il est reparti quelque temps plus tard », nous confiait-il, il y a près de quatre ans. Alors, à l’aide de mises en scène et de créations 3D, il retombe en enfance et compose un espace intime où souvenirs et espoirs se rencontrent, où la naïveté de la jeunesse colore la désillusion adulte pour répondre à ses frustrations comme à ses questionnements. Un conte numérique se nourrissant de la porosité entre les médiums pour mieux illustrer l’enchevêtrement des émotions au sein d’un drame intime.

© Lucas De Jesus Marques

© Simon Lehner
© Simon Lehner
À lire aussi
Focus #43 : Ashley Markle, son père, sa bataille
Focus #43 : Ashley Markle, son père, sa bataille
C’est l’heure du rendez-vous Focus de la semaine ! Aujourd’hui, lumière sur Ashley Markle. Avec Do you know how beautiful you are?, la…
19 avril 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
L’amour en guérison
L’amour en guérison
Dans Borders of Nothingness —On the Mend, Margaret Lansink illustre les retrouvailles avec sa fille. Un livre bouleversant où la…
23 juin 2020   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Puzzle familial
Puzzle familial
Prune Phi, photographe et artiste plasticienne présente, dans le cadre du Festival Circulation(s), Long Distance Call, une série à la…
28 juin 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Fábio Miguel Roque, Origin : le passé dure toujours
Fábio Miguel Roque, Origin : le passé dure toujours
Il est des découvertes hasardeuses qui remuent des pans entiers du passé. À l’aide de traces photographiques, Fábio Miguel Roque…
14 juin 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Récit d’un drame familial
Récit d’un drame familial
Avec How far is a lightyear? l’Autrichien Simon Lehner signe une série splendide mêlant photos, archives et 3D, pour s’immiscer dans…
17 janvier 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Genealog IA : les filiations imaginaires de Luca De Jesus Marques
© Lucas De Jesus Marques
Genealog IA : les filiations imaginaires de Luca De Jesus Marques
Portugais par sa mère et Italien par son père, Luca De Jesus Marques s’interroge depuis longtemps sur ses origines et les visages de ses…
19 octobre 2023   •  
Écrit par Eric Karsenty
Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill