L’Académie des beaux-arts distingue Dominique Issermann et Annie Leibovitz !

24 juin 2021   •  
Écrit par Finley Cutts
L'Académie des beaux-arts distingue Dominique Issermann et Annie Leibovitz !

Ce mercredi 23 juin 2021, l’Académie des Beaux-arts a élu Dominique Issermann au fauteuil 3 de la section de photographie. À la même occasion, l’institution a nommé Annie Leibovitz lauréate du Prix de Photographie de l’Académie des beaux-arts – William Klein.

Composante majeure de l’Institut de France, l’Académie des Beaux-Arts encourage la création artistique dans toutes ses formes d’expression. Pour ce faire, elle organise, chaque année, des concours, attribue des prix, finance des résidences d’artistes, octroie des subventions et veille à la défense du patrimoine culturel français. Et le mercredi 23 juin 2021, elle a élue Dominique Issermann au fauteuil III de la section de photographie, précédemment occupé par Bruno Barbey. Elle devient alors la première femme à occuper une place dans la section de photographie de l’Académie où elle rejoint Yann Arthus-Bertand, Sebastião Salgado et Jean Gaumy.

Née en 1974 à Paris, la photographe est connue pour son travail dans la mode et la publicité. Elle voyage en Italie de 1969 à 1972 et débute sa carrière dans le monde du cinéma, en travaillant sur le film de Jean-Luc GodardVent d’Est. Dominique Issermann réalise deux longs-métrages avec Marc’O, Tamaout et Elettra. Elle réalise ensuite à Paris, une série de reportages pour le magazine Zoom. Quelques mois plus tard, elle plonge dans l’univers de la photographie de mode par hasard grâce à un concours de photographie où elle remporte le premier prix. Sonia Rykiel, Christian Dior, Chanel, Hermès ou encore Yves Saint Laurent l’engagent alors pour réaliser des campagnes. Au même moment, elle photographie des personnalités du cinéma ou de la littérature, telles que Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Serge Gainsbourg et Marguerite Duras. Rapidement, elle développe une écriture bien à elle, où elle fait illumine l’être intérieur de chacun de ses modèles – que l’on enseigne ensuite comme la « lumière Issermann ». Elle réalise également plusieurs clips, notamment pour Patricia Kaas, Renaud, Leonard Cohen ou Jean-Louis Aubert. Son travail est fréquemment exposé Aux Rencontre de la Photographie à Arles, mais aussi à la Maison européenne de la Photographie ainsi qu’au musée des Arts Décoratifs à Paris.

Dominique Issermann © Karl Lagerfeld

Dominique Issermann © Karl Lagerfeld

Annie Leibovitz, lauréate du Prix de Photographie

Par la même occasion, l’institution a également annoncé Annie Leibovitz, lauréate de la seconde édition du Prix de Photographie de l’Académie des beaux-arts – William Klein. L’objectif du prix étant de récompenser un ou une photographe de toute nationalité pour l’ensemble de sa carrière et son engagement en faveur du 8e art. Elle recevra alors une consécration de 120 000 euros. Le Prix sera remis dans la Grande salle des séances du Palais de l’Institut de France le mercredi 27 octobre 2021. Une exposition sera également présentée du 27 octobre au 28 novembre 2021 dans le Pavillon Comtesse de Caen, au Palais de l’Institut de France.

L’une des photographes les plus influentes au monde, Annie Leibovitz a contribué tout au long de son œuvre à définir le canon du portrait contemporain – des images d’acteurs, de réalisateurs, d’écrivains, de musiciens, d’athlètes, de personnalités du monde politique et des affaires, ainsi que des photographies de mode. Outre ses portraits mondialement connus, Annie Leibovitz est l’une des plus grandes chroniqueuses de notre temps, capturant des moments tels que celui de Richard Nixon quittant la Maison Blanche en hélicoptère en 1972, du président Barack Obama pensif le dernier jour de sa présidence ou encore la militante Malala Yousafzai dans sa classe à Birmingham.

Annie Leibovitz

© Annie Leibovitz

Explorez
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
© Maurine Tric
Les images de la semaine du 12.02.24 au 18.02.24 : un éveil réparateur
C’est l’heure du récap’ ! Cette semaine, les photographes mis·es en avant par Fisheye ont en commun de transmettre des valeurs de soin et...
18 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina