L’appel de la bigoudène 

28 mai 2020   •  
Écrit par Cassandre Thomas
L’appel de la bigoudène 

Après de nombreuses années à Paris, Stéphane Lavoué s’installe en Bretagne. Dans son ouvrage Les Mois Noirs, le photographe français partage un récit visuel sur son nouveau territoire. Une œuvre sombre et intime.

Une toile de maître. C’est à cela que s’apparentent les portraits et les paysages de Stéphane Lavoué. Et son nouvel ouvrage, Les Mois Noirs, ne déroge pas à la règle. Ce photographe français a photographié diverses cultures aux quatre coins du monde. « Après plus d’une décennie de vie parisienne, nous aspirions à de profonds changements. Nous avions tout envisagé : Rio de Janeiro, San Francisco, Montréal. Finalement, c’est à Cap Caval, la pointe du Sud du Finistère, que nous avons décidé de nous poser. À Kérity, dans la maison des grands-parents de Catherine, ma compagne », explique Stéphane Lavoué. Le temps passe, et, loin des commandes parisiennes, le photographe renoue avec une approche personnelle. Il amorce alors un projet au long cours au cœur de son nouveau territoire : la Bretagne. 

© Stéphane Lavoué

Retour à l’intime

Une histoire intense et passionnelle se tisse entre ces paysages inédits et l’artiste. Les Mois Noirs naît de cette nouvelle union. Majoritairement sombres et profondes, tels les fonds marins, les images de cet ouvrage content la vie de cet environnement « sur le rebord du monde ». « Ce petit territoire familier a provoqué la révolution copernicienne tant espérée. (…) Je tâtonne, expérimente plusieurs formes photographiques pour échapper à l’iconographie éculée des bords de mer, bateaux et filets de pêche », confie Stéphane Lavoué. Aux côtés des tempêtes océaniques, le livre dévoile les visages de celles et ceux qui font vivre ces espaces côtiers. Jeune patron-pêcheur, reine des Brodeuses, meunier, écailler, surfer… Ils sont nombreux à ne pas vouloir quitter « le pays ». Dans ces clichés teintés de noir, la pénibilité du travail se révèle. Mais également la force d’une communauté soudée par la passion et les enjeux économiques et sociaux du territoire. Un récit puissant et intime signé par un breton d’adoption. 

Les Mois Noirs, Éditions 77, 40 euros, 80 p. 

© Stéphane Lavoué© Stéphane Lavoué

© Stéphane Lavoué

© Stéphane Lavoué© Stéphane Lavoué

© Stéphane Lavoué

© Stéphane Lavoué© Stéphane Lavoué

© Stéphane Lavoué

© Stéphane Lavoué© Stéphane Lavoué

© Stéphane Lavoué

Explorez
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
© Ezequiel Rivero / Instagram
La sélection Instagram #455 : Élément H2O
Par la puissance de son courant, l’eau s’impose comme élément d’inspiration pour les photographes de notre sélection Instagram de la...
21 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •  
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill