Laurence Philomène : trans formations

30 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Laurence Philomène : trans formations
© Laurence Philomène
© Laurence Philomène

Dans Puberty, Laurence Philomène a documenté son parcours de personne trans non binaire. Cette série au titre évocateur a fait l’objet d’un ouvrage du même nom, publié aux éditions Yoffy Press.

« Lorsque je conçois des photographies, je me demande toujours : quel genre d’images je voudrais que mon futur moi puisse regarder ? Qu’est-ce que je veux laisser aux générations à venir ? Mon travail se situe à la frontière entre souvenirs personnels et collectifs, car j’aime utiliser des éléments visuels qu’un éventail d’individus peuvent apprécier et auxquels ils peuvent s’identifier, à leur manière. L’idée de pouvoir constituer des archives ancrées dans la tradition de l’histoire queer racontée à la première personne me plaît aussi », explique Laurence Philomène. Dans Puberty, l’artiste originaire de Montréal a documenté son parcours de personne trans non binaire évoluant avec plusieurs maladies chroniques. De 2019 à 2021, iel a ainsi immortalisé un quotidien rythmé par la prise d’un traitement hormonal substitutif et de testostérone, une période perçue, comme le suggère le titre de la série, comme une seconde puberté salvatrice. Après quelques mois, iel a décidé de diffuser ses autoportraits en les complétant de légendes manuscrites et d’extraits de son journal. « Je souhaitais envisager la transition d’un point de vue non binaire, sans objectif fixe si ce n’est celui de me sentir à l’aise dans mon corps, se souvient-iel. Laisser un témoignage de ce qu’était notre vie dans l’Amérique du Nord au début des années 2020 a été une grande source de motivation. »

© Laurence Philomène
© Laurence Philomène

Un langage émotionnel

Se succédant à la manière d’une fresque, ses compositions transportent celui ou celle qui contemple dans un univers aux nuances vibrantes, « comme un langage émotionnel » qui participe à créer une atmosphère. Réalisées à son domicile, en studio ou à l’étranger, les images se veulent rassurantes dans leur authenticité. « L’objectif de ce projet était d’examiner la vie trans à partir d’un angle large qui ne se limite pas seulement aux changements physiques. J’avais envie de décrire une expérience complète, compliquée, désordonnée et belle, d’offrir une représentation aux personnes non binaires et d’étudier l’identité de genre au-delà des normes et attentes binaires », précise-t-iel. 

La suite de cet article est à retrouver dans Fisheye #65.

© Laurence Philomène
© Laurence Philomène
© Laurence Philomène
À lire aussi
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu’harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux…
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Quand la photo fait du genre
© Jean Ranobrac, modèle : Cody, série Men on Canvas
Quand la photo fait du genre
La communauté LGBTQIA+ s’est emparée de la photographie dès son invention, au 19e siècle. Le médium s’impose comme un support de…
09 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas