Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer

21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
© Samuel Lebon
© Samuel Lebon

Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le poids des désirs et des doutes, ainsi que la solitude comme pulsion créative.

« Ce journal parlera d’être écrivain ou pas. De n’y être pour personne. Du monde de ceux qui se lèvent tôt. De l’odeur de la cabane au petit matin. Du chant des oiseaux, d’approcher les biches, de finir un livre. » C’est sur ces fragments de pensées – échos lointains venus de l’inspiration d’un homme s’enfonçant dans sa solitude – que s’ouvre Le Bruit que font les animaux pour mourir. À la croisée du livre photographique et littéraire, l’objet s’impose comme un récit profondément personnel, une autofiction immersive dans une nature inspirante. « J’ai toujours écrit à la première personne, mais j’ai vraiment commencé à photographier à la première personne en 2016, pour mon premier carnet intime intitulé Malstrøm, autoédité à deux exemplaires, dans lequel je raconte le moment où ma vie toute tracée s’est disloquée », raconte Samuel Lebon.

Auteur à plusieurs titres, ce dernier s’est révélé en 2018, à l’occasion du festival Planches Contact, où il présentait Satan mène le bal, une « mise en scène d’un récit autofictif à fleur de peau, entre humour noir et poésie », précise-t-il. Habitué à entrelacer image et textes dans chacun de ses projets, l’artiste avoue « ne pas savoir à l’avance comment les deux pratiques vont s’attirer et se repousser, si elles vont se compléter ou si l’une des deux va prendre le dessus ». Comme une toile de fond dont il tire les fils de soie, à la recherche de l’harmonie parfaite. « Aspirant ermite » cherchant une « grotte accueillante », c’est coupé des autres qu’il parvient à faire taire le bruit du monde pour se consacrer à la création. Comme un nouveau souffle, loin de tout désir, de toute tentation.

© Samuel Lebon
© Samuel Lebon
© Samuel Lebon
© Samuel Lebon

Comme un oiseau s’écrasant contre une vitre

Une chaise inoccupée, le cadavre d’un oiseau, une tapisserie fleurie, des corps à demi-nus, les yeux fermés, en pleine exaltation – ou levés, en quête de sens. Et puis, comme un dialogue qui épouse les formes d’un autre médium, des bribes de texte. « Il faudra tout réécrire en mieux. » « Me voilà poète. Et pourquoi pas ? Chaque rêve est un poème (…). Et pourquoi ne pas utiliser les photographies de la même manière ? Comme une vision… un rêve. » À la lisière du journal intime, Le Bruit que font les animaux pour mourir s’articule en plusieurs temps, brouille les frontières entre réel et fiction pour mieux nous immerger dans la psyché d’un auteur en pleine remise en question. Là, isolé dans la nature – une décision consciente dans une tentative ultime de se débarrasser de sa libido –, il se confronte au mythe même de l’écrivain (re)devenu sauvage, à la fois débarrassé et obsédé par ses propres pulsions.

« Ramasser des écorces de bouleau séchées.
Écrire dessus.
Allumer un feu.  »

Seule une douzaine de photographies remplissent les pages de l’ouvrage. Des compositions symboliques venant illustrer les pensées que Samuel Lebon couche sur le papier. « J’ai voulu poser, de manière poétique, ce combat contre nos pulsions, ce côté animal qu’on tente de cacher derrière un masque ou d’enfouir sous un tas de feuilles », explique-t-il. Au fil des pages, on est confronté·e à une étrange quiétude. Comme si le silence de la forêt adoucissait les mœurs. Assourdie par la pluie qui bruine sur le toit, par le bruit des branches mortes qui craquent sous les pas de l’homme solitaire, sa bataille fait rage en marge. « C’est un événement qui passe relativement inaperçu, comme un oiseau s’écrasant contre une vitre », poursuit l’artiste. En filigrane, il y a la peur de la page blanche, les doutes sur la place que l’on occupe, sur l’empreinte qu’on laisse. Car, pour Samuel Lebon, « l’écriture est un choix osé, un grand pas de côté ». Et si les images lui viennent naturellement, « les mots résistent ». Subtilement contrasté, le livre parvient à convoquer cette dichotomie. Au lâcher-prise des clichés se heurtent les entrées littéraires entravées par le doute. Une respiration fragmentée qui, lorsqu’elle s’unifie encapsule parfaitement les collisions des médiums, comme les turbulences de la création.

© Samuel Lebon
© Samuel Lebon
© Samuel Lebon
À lire aussi
Daniel Blaufuks : journal d’un enfant de l’exil
© Daniel Blaufuks
Daniel Blaufuks : journal d’un enfant de l’exil
Issue d’une résidence au Centre d’art GwinZegal, l’exposition Journal de résistance de Daniel Blaufuks est une archive vivante de…
05 décembre 2023   •  
Écrit par Costanza Spina
La disparition de Joseph Plummer
La disparition de Joseph Plummer
Le photographe américain Amani Willett aime suivre sa curiosité. Ses projets s’articulent autour de découvertes et de mystères qu’il…
23 février 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet