Le lieux : Havre du regard

28 décembre 2023   •  
Écrit par Eric Karsenty
Le lieux : Havre du regard
© Denis Brihat
© Denis Brihat
© Denis Brihat

Ouvert en avril 2022, dans une ancienne caserne de pompiers au cœur du Havre, le Musée du Regard conjugue avec pertinence engagement social et exigence photographique. Découverte. 

Celles et ceux qui ont déjà fréquenté le Festival du Regard à Cergy-Pontoise ne seront pas étonné·es de retrouver la dimension humaniste qui habite le Musée du Regard, installé depuis l’an dernier dans une ancienne caserne de pompiers, à dix minutes de la gare du Havre. Le superbe espace, composé de deux salles de 250 et 280 m2, a pris place au sein de la résidence Le Blason, qui compte une centaine d’appartements sociaux récemment réhabilités. Cette proximité entre les publics populaires et des lieux de culture est une préoccupation essentielle d’Éric Vialatel. Collectionneur et mécène à l’origine du Festival du Regard, il est aussi à l’initiative des Maisons de Marianne, un habitat inclusif et intergénérationnel. Un ADN qui l’a également conduit à tra- vailler avec Alcéane, premier bailleur social de la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole. « L’idée étant d’amener l’art à des personnes qui n’auraient jamais poussé les portes d’une galerie ou d’un musée », précise Éric Vialatel.

Le public répond présent

Ce qui marque quand on entre dans le Musée du Regard, c’est la qualité de l’accrochage. On s’en est rendu compte à travers les trois premières expositions qui ont présenté successivement la collection photo d’Éric Vialatel et les œuvres du plasticien François Trocquet (avril-juillet 2022), le travail de Marc Riboud accompagné des textes de Catherine Riboud (septembre- décembre 2022), et Catherine Balet (mai-juillet 2023). La nou- velle exposition met à l’honneur le travail exceptionnel de Denis Brihat, un photographe français trop méconnu (voir encadré). Les habitants du Blason, comme tous les Havrais, viennent visiter ces expositions – dont l’entrée est toujours gratuite –, et l’on dénombre aussi pas mal de Parisien·nes en mal de culture qui arpentent les lieux ouverts tous les mercredis, vendredis et samedis, de 14 à 19 heures.

Sylvie Hugues et Mathilde Terraube, qui pilotent le Festival et le Musée du Regard, font preuve d’une formidable énergie pour mener à bien ce travail de militantes. Une mission dans laquelle elles s’impliquent personnellement (animation de stages, visites guidées, actions pour les scolaires, éducation à l’image…) malgré des budgets restreints. La situation les a conduites à créer une association pour accéder à d’autres sources de financement. D’autres expositions sont à l’étude, de même que des collabo- rations avec diverses structures de la ville (l’université, l’école des beaux-arts, les Jardins suspendus…). Et la nouvelle vient de tomber : après un an d’absence, la prochaine édition du Festival du Regard se tiendra à Cergy-Pontoise à l’automne 2024.

© Denis Brihat

La nature au coeur de Denis Brihat

Le Musée du Regard rend hommage à Denis Brihat, l’un des pionniers de la photographie française du siècle dernier. Né en 1928 et lauréat du prix Niépce en 1957, cet amoureux de la photographie argentique se considère comme un artisan au sens le plus noble du terme. En 1958, il quitte une position confortable à Paris pour s’établir dans le Lubéron où il met au point, tel un alchimiste, une technique de virage chimique qui réinvente les couleurs des fleurs et des fruits qu’il fait pousser dans son jardin. En 1967, il est l’un des premiers Français à être exposé au MoMA de New York par John Szarkowski, en compagnie de Jean-Pierre Sudre et du Belge Pierre Cordier. Il est aussi l’un des compagnons de route des Rencontres d’Arles, avec Lucien Clergue, et de la galerie du Château d’eau à Toulouse avec Jean Dieuzaide, au début des années 1970. Ses tirages délicats aux couleurs subtiles ont rejoint les plus prestigieuses collections de photographie. Cette rétrospective en 70 images explore sept décennies d’une œuvre trop souvent méconnue, malgré le Grand prix de la photographie de la Ville de Paris obtenu en 1987.

© Denis Brihat
© Denis Brihat
À lire aussi
Bonjour la nuit ! Ou comment se préparer au black-out grâce au festival du Regard
Bonjour la nuit ! Ou comment se préparer au black-out grâce au festival du Regard
Après un arrêt dans une tour EDF et une ancienne Poste, le Festival du Regard pose ses valises dans un centre commercial. Sylvie Hugues…
08 novembre 2022   •  
Écrit par Anaïs Viand
Focus #39 : Sylvie Hugues enquête sur le meurtre de sa mère
Focus #39 : Sylvie Hugues enquête sur le meurtre de sa mère
C’est l’heure du rendez-vous Focus de la semaine ! Aujourd’hui, lumière sur Sylvie Hugues, qui a imaginé un chemin de croix salvateur lui…
22 février 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Fisheye #62 : du Songe à la réalité
© Étienne Francey
Fisheye #62 : du Songe à la réalité
Le dernier numéro de Fisheye est disponible dans les kiosques et sur le store ! Entre rêverie et actualité, Fisheye #62 donne à voir des…
03 novembre 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Caroline Heinecke
Sophie Calle, étrangeté et lapins nains : dans la photothèque de Caroline Heinecke
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
16 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
WhiteWall met en lumière l'œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
© Alexandre Souêtre / Courtesy of Whitewall
WhiteWall met en lumière l’œuvre monochrome de Alexandre Souêtre
Le laboratoire WhiteWall met en avant, imprime et édite l'œuvre toute en noir et blanc de Alexandre Souêtre, grâce à un livre haut de...
14 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine