Le Prix Roger Pic récompense deux photographes

24 mai 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Prix Roger Pic récompense deux photographes

Pour sa 27e édition, le Prix Roger Pic a distingué deux lauréats : Denis Dailleux et Tomas van Houtryve. Deux auteurs humanistes, prochainement exposés à la Galerie Scam.

Chaque année, le Prix Roger Pic, en collaboration avec la Scam, récompense le portfolio d’un artiste au regard humaniste et généreux. Une distinction avantageuse pour le lauréat, qui reçoit en retour une dotation de 5 000 euros, ainsi que l’opportunité d’organiser une exposition à la Galerie de la Scam. Pour cette 27e édition, cependant, le jury a reconnu deux vainqueurs : Denis Dailleux, et Tomas van Houtryve. Tous deux présenteront leurs travaux à la galerie du 11 juin au 25 octobre 2019. Un duo à l’esthétique complémentaire, portant un regard similaire sur le monde. Le portfolio At the end of the day, de Laetitia Vançon, illustrant le territoire des îles Hébrides extérieures, a également été remarqué par les membres du jury.

Une même volonté

Si les esthétiques des lauréats s’opposent, tous deux sont animés par une même volonté : représenter le lien entre un peuple et son territoire, et ce, avec dignité. Denis Dailleux, membre de l’Agence Vu’, s’est rendu au Ghana après avoir découvert le livre de Paul Strand Ghana : an African portrait. Là-bas, il a été séduit par le quartier de Jamestown, situé au bord de la mer. Un territoire regroupant terre et mer, tradition et modernité. Dans un portfolio sublime et pictural, intitulé In Ghana – We shall meet again, le photographe a capturé le quotidien de ce lieu, ses lumières, son énergie et sa singularité.

Dans Lines and Lineage, Tomas van Houtryve, imagine un présent alternatif. Au 19e siècle, le Mexique a régné sur un territoire courant de la Californie au Wyoming, en passant par le Texas. Pourtant, cette période n’a pas été documentée par les photographes. L’artiste a choisi de brouiller les frontières entre le réel et le fantasme, et de représenter une autre vision de l’Histoire. Organisées en diptyques monochromes, ses images mêlent paysages arides et portraits de descendants. Un travail passionnant, imprimé sur des plaques de verre.

© Denis Dailleux / Agence VU'© Denis Dailleux / Agence VU'
© Denis Dailleux / Agence VU'© Denis Dailleux / Agence VU'
© Denis Dailleux / Agence VU'© Denis Dailleux / Agence VU'

© Denis Dailleux / Agence VU’

© Tomas van Houtryve / Galerie Baudoin Lebon VII © Tomas van Houtryve / Galerie Baudoin Lebon VII © Tomas van Houtryve / Galerie Baudoin Lebon VII

© Tomas van Houtryve / Galerie Baudoin Lebon VII

© Laetitia Vançon

© Laetitia Vançon

Explorez
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 10 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet