Les collages de Margaux Hug remettent le dada au goût du jour

20 octobre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les collages de Margaux Hug remettent le dada au goût du jour

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Inspirée par les dadas, les surréalistes et le pop art, Margaux Hug brouille, avec ses collages, les frontières entre la réalité et sa représentation.

« La photographie me permet de faire se rencontrer le réel et l’imaginaire dans un cadre graphique très défini »

, déclare Margaux Hug. Photographe et directrice artistique de 32 ans, l’artiste a fait ses armes à Olivier de Serres, en communication visuelle, et aux Gobelins, travaillant ensuite en tant qu’agente de publicité avant de se mettre à son compte. Un parcours qui forge son esthétique singulière. « Mon approche est une combinaison entre direction artistique et 8e art. L’imaginaire y est très important, l’univers réinterprété, sublimé par des images surréelles. L’idée de sortir les objets ou personnes de leur contexte pour les mettre en scène dans des univers surréalistes me guide », confie-t-elle.

Découpages, collages, aplats de couleurs, tons vifs, vibrants, associations incongrues d’éléments, figures hybrides, mêlant accessoires, animaux et humains, transformant les corps en silhouettes grotesques… Dans l’univers de Margaux Hug, les choses sont sans cesse détournées. Elles se métamorphosent, changent d’utilités, trompent nos sens et invitent notre œil à sortir de sa zone de confort, à repenser l’organisation du monde. Une expérience rendue possible grâce à une exploration technique constante. « Certaines de mes images sont réalisées entièrement à partir de collages papier que je photographie ensuite, alors que d’autres sont le fruit d’une combinaison entre des collages (2D) et des objets du quotidien (3D). Cela crée une illusion d’optique entre ces dimensions – entre réalité et représentation », explique-t-elle.

© Margaux Hug© Margaux Hug

Un jeu de contrastes

C’est à la Whitechapel Gallery de Londres, en 2014, que l’artiste découvre la dadaïste Hannah Höch, dont l’écriture automatique la marque profondément, et définit dès lors son leitmotiv. « Le collage permet de créer des images très spontanées qui convoquent l’inconscient, précise-t-elle. J’ai ainsi combiné les univers dadaïste et surréaliste des années 1920 avec une approche plus contemporaine, faisant davantage écho au monde d’aujourd’hui. C’est ce mélange des époques, des styles qui est passionnant. Les objets sont sortis de leur contexte : des chaussures au milieu d’oiseaux ou de fruits découpés, des animaux dans l’espace, des hommes avec des têtes de papillons… Et le recours au gif permet de jouer davantage, en donnant vie à l’objet inanimé ! »

À ces deux courants artistiques, s’ajoute le pop art, dont les couleurs vives, fortes, infusent les créations de Margaux Hug. Tout comme le goût de ces artistes pour l’utilisation d’objets populaires, issus de la grande consommation. Un détail amusant, puisque la créatrice, forte de son expérience en agence de publicité, s’amuse à détourner des éléments plus précieux, venus du monde de la mode. En témoigne son collage intitulé Bag-Eyes, emblématique de son approche. « D’une part, le sac est coupé en deux et retourné. Il perd sa fonction initiale pour devenir un objet purement graphique et pictural. D’autre part, les yeux permettent une personnification de l’objet. C’est un jeu de contrastes, tant par les éléments que les nuances », commente-t-elle. Et c’est ce jeu, ce va-et-vient entre les esthétiques, les thématiques, l’humain et l’inanimé qui définit l’œuvre de l’autrice. À l’aide de ses collages, elle questionne notre perception du réel et le transforme en un espace instable, ludique, elle construit un monde léger, où humour et poésie règnent. Un univers fait d’illusion, dont les limites ne cessent d’être repoussées.

© Margaux Hug© Margaux Hug

© Margaux Hug© Margaux Hug

© Margaux Hug© Margaux Hug

© Margaux Hug© Margaux Hug

© Margaux Hug

Explorez
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
© Salome Chatriot
Lancement de Fisheye Immersive La Revue : un observatoire annuel des arts numériques et immersifs
Un an après le lancement du magazine en ligne, Fisheye Immersive sort sa revue papier. 192 pages, bilingues français-anglais, consacrées...
15 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Connecticut. April 12, 2023. Portrait of Silent behind her green screen. As a Virtual Reality drone racing champion, she uses a green screen while competing online. Because she reveals herself on camera, those moments involve more beauty preparation, so she can feel comfortable while competing in the Women's Cup. Outside of simulator competitions, she also flies her real drone, and is portrayed holding her remote controller. Though she is among the top-200 fastest pilots worldwide, real-life drone racing has a steep cost barrier. In addition, the American drone-racing scene takes place mostly in the Midwest, where she feels a lot of fear related to being a trans woman taking part in these events. © Paola Chapdelaine
Silent Radar : VRChat, des mondes en simulation
Bienvenue sur VRChat, une plateforme en ligne qui permet à une communauté d’environ 70 000 personnes de créer leurs propres avatars et...
14 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Le Motorola edge50 pro à toute épreuve
© Borey Sok / Studio Beige
Le Motorola edge50 pro à toute épreuve
Sous le soleil écrasant de Marrakech ou dans le singulier quartier de Beaugrenelle à Paris, le nouveau-né de Motorola – le edge50 pro –...
10 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas