Les coups de cœur #326

01 février 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #326

Nos coups de cœur #326, Charlène Hfr et Claudio Cristini explorent tous deux des thèmes psychologiques et philosophiques. La première capture les états d’âme humains, et le second, l’altérité du réel.

Charlène Hfr

Étudiante en psychologie, Charlène Hfr, 20 ans, a reçu son premier boîtier à l’âge de 8 ans. « J’ai eu la chance d’avoir beaucoup voyagé lorsque j’étais jeune, la photographie est une question de souvenirs : j’avais – et j’ai toujours – peur d’oublier ce que je suis en train de vivre », confie-t-elle. Dès lors elle débute un journal visuel, capturant ce qu’elle voie pour mieux encapsuler les émotions que ses découvertes lui procurent. Aujourd’hui, l’artiste strasbourgeoise se concentre davantage sur le portrait. « J’aime mettre l’humain au cœur de mes créations, les états d’âme me touchent particulièrement – c’est sans doute pour cette raison que j’étudie la psychologie », explique-t-elle. Adapte du numérique comme de l’argentique, Charlène Hfr s’inspire du cinéma pour réaliser des images théâtrales. « J’aime aussi le travail de retouche, qu’il s’agisse de rajouter du grain ou de transformer les couleurs. Je souhaite présenter un univers aux nuances qui me sont propres », affirme-t-elle. Dans ses images, elle donne à voir, avec délicatesse, des notions qui lui parlent : « le temps, l’amour, la mélancolie, et moi, au milieu de tout cela », conclut la photographe.

© Charlène Hfr

© Charlène Hfr© Charlène Hfr

© Charlène Hfr© Charlène Hfr

© Charlène Hfr

Claudio Cristini

« Je suis amoureux de la photographie. Elle représente ma manière de célébrer la vie, d’interroger la complexité de l’existence. Elle a toujours évoqué pour moi l’opportunité de plonger dans les yeux d’autrui, et de m’oublier, tandis que j’entre en communion avec la nature. Le 8e art a la faculté d’enregistrer les apparences, et de conserver l’altérité du réel. Une altérité que je laisse venir à moi, et dont j’aime observer les transformations. Je suis ému par cette fatalité »

, déclare Claudio Cristini. C’est au lycée que l’auteur découvre le 8e art, qui devient rapidement pour lui un outil lui permettant d’explorer « la réalité telle que nous l’envisageons ». Et c’est grâce à divers échanges – au sein d’un collectif artistique, aux côtés du réalisateur Luca Ferri, ou encore à l’École d’art de Glasgow – qu’il développe sa propre écriture. Si l’artiste aime jongler entre différents sujets, certains éléments s’imposent comme des récurrences dans son travail. Parmi eux : « la relation intime entre les hommes et leur environnement, ce lien commun, ancestrale, entre eux ». Dans Water Body, Claudio Cristini étudie par exemple l’eau et ses multiples formes, lorsqu’elle entre en contact avec les corps. Se nourrissant des récits anthropologiques, philosophiques et mythologiques, le photographe construit des œuvres abstraites, poétiques, « tissant des liens entre contemporanéité et intemporalité ».

© Claudio Cristini

© Claudio Cristini

© Claudio Cristini© Claudio Cristini

© Claudio Cristini

© Claudio Cristini

Image d’ouverture : © Charlène Hfr

Explorez
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
Il y a 6 heures   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
© Feng Li
Feng Li : les incroyables aventures de Pig 
Connu pour sa photographie de rue insolite, l’artiste chinois Feng Li présente à travers Pig un aspect plus intimiste de son existence....
19 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
Il y a 6 heures   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina