Les coups de cœur #344

07 juin 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #344

Valentin Astier et Laura Franco, nos coups de cœur #344, révèlent les sensations qui naissent de notre quotidien. Tous deux réalisent des créations intimistes, atmosphériques, et libératrices.

Valentin Astier 

« Ma photographie est liée au voyage, quelle que soit sa forme. Le déplacement éveille ma curiosité. Mes images sont instinctives, je n’anticipe jamais, et me laisse imprégner par l’atmosphère que dégage chaque lieu. Je suis sensible à la poésie contemplative qu’exhalent mes récits »,

confie Valentin Astier, 30 ans. C’est durant ses études à l’école ArtFx que l’auteur découvre le 8e art. Alors spécialisé dans les effets spéciaux, il apprend petit à petit à apprivoiser le médium, jusqu’à ce que celui-ci prenne le dessus sur sa spécialité. « Il était devenu un exutoire pour m’exprimer », précise-t-il. Véritable révélateur d’atmosphères, l’artiste explore les notions de temps d’absence, mais aussi d’empreinte, de texture et de substance à travers une œuvre mélancolique et minimaliste. « À quel moment la photographie décrit-elle la réalité ? Est-ce que je la transpose, pour nous emmener vers une interprétation ? J’aime ce paradoxe et j’explore cette frontière floue, que la peinture visite aussi si joliment », confie-t-il. Une démarche rythmée par la capture d’espaces de transition – qu’ils soient physiques ou psychologiques. Une collection de clichés aux résonnances universelles, illustrant un monde dépeuplé, et pourtant habité par une aura des plus fascinantes. « L’empreinte que l’Homme, le temps, ou les deux, ont laissée le charge d’histoire et de mystère sur son devenir », conclut Valentin Astier.

© Valentin Astier

© Valentin Astier© Valentin Astier

© Valentin Astier

© Valentin Astier© Valentin Astier

© Valentin Astier

© Valentin Astier

Laura Franco

Étudiante en communication sociale à Bruxelles, Laura Franco, 21 ans, a commencé à s’intéresser à la photographie il y a environ cinq ans. « J’ai, pour la première fois, exploré divers procédés et appareils, ainsi que les histoires que je pouvais raconter à travers mes images. J’ai vite compris que ce médium allait beaucoup m’apporter », confie-t-elle. Adepte de l’argentique, qu’elle considère comme un outil « qui apporte une authenticité dont [elle] adore [s]e servir dans [s]es clichés », l’artiste développe un univers profondément intime, ancré dans sa propre réalité. « J’aime jouer avec les ombres, les couleurs, les corps, la rue… La spontanéité est au cœur de mes images, l’importance de l’instant qui se déroule, celui que personne ne remarque. Mes photos racontent ma vie, mes émotions. Elles sont parfois colorées, de temps en temps mélancoliques, souvent impulsives », précise-t-elle. Un savant mélange reflétant son envie constante d’expérimenter. « Inspirée par Wes Anderson, Gordon Parks ou Martin Parr, je suis tout aussi intriguée par l’ordinaire : une ombre dans la rue, un ciel bleu, une scène particulière… », ajoute-t-elle. Shootées en noir et blanc, sous les lueurs théâtrales de néons, ou à l’aide d’un flash puissant, les scènes qu’elles figent convoquent une sensation de liberté, un besoin de capturer l’intensité d’un moment avant que sa force ne s’efface.

© Laura Franco© Laura Franco
© Laura Franco© Laura Franco
© Laura Franco© Laura Franco

© Laura Franco

© Laura Franco

Image d’ouverture : © Laura Franco

Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la...
27 mai 2024   •