Les coups de cœur #382

28 mars 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #382

Billy Lavière et le duo Ama Split et Riky Kiwy, nos coups de cœur #382, expérimentent chacun·e à leur manière. L’un explore les déviances de notre sexualité, et les autres déconstruisent l’architecture urbaine.

Billy Lavière

« La photographie est pour moi une représentation objective du réel. Une documentation réaliste. Je crois être assez direct et impartial dans mon approche des sujets tabous. Au fil des années, je réalise que j’aime particulièrement explorer les notions d’existence, de processus psychologiques, et de conscience »,

déclare Billy Lavière, photographe et graphiste installé à Budapest. Diplômé de l’Université d’art et de design Moholy-Nagy, en 2019, le créateur a développé, depuis, Old Testament, une série haute en couleur inspirée par les déviances sexuelles. Flashs puissants, négatifs, néons lumineux, latex et autres substances mystérieuses… Au cœur du projet s’animent des désirs, comme des répulsions. « Mon interrogation principale est simple : qu’est-ce qui fait qu’une action est jugée normale ou anormale ? L’homosexualité était encore illégale il y a peu, et d’une certaine manière, c’est toujours le cas… Mais prenons un exemple plus original : considérez-vous qu’une chute dans les escaliers soit excitante ? Non, sans doute pas. Pourtant certaines personnes, si. Qui détermine ces paramètres ? », se questionne l’artiste. Entre performances, mises en scène et pure provocation, les clichés de Billy Lavière se lisent comme une exploration incongrue de nos désirs les plus particuliers.

© Billy Lavière© Billy Lavière
© Billy Lavière© Billy Lavière
© Billy Lavière© Billy Lavière

© Billy Lavière

Ama Split et Riky Kiwy

D’abord passionnée par la street photographie, la Française Ama Split s’est tournée vers l’argentique en rencontrant son partenaire Riky Kiwy en Italie, en 2008, puis vers la photo d’architecture deux années plus tard. « J’ai une grande admiration pour les immeubles de Berlin et leur brutalisme. J’ai aujourd’hui envie de m’attarder sur les détails des gens, des structures : le zoom, le flash, les très gros plans sont mes alliés », explique-t-elle. « Je considère la street comme une pratique documentaire également. Elle permet de conserver une archive d’une ville et de ses habitants à un moment donné. Les travaux sur l’architecture sont plus artistiques : je prends plaisir à chercher les détails, les couleurs, les textures… » ajoute son binôme. Ensemble, les artistes ont imaginé Palazzi. Un parcours graphique au cœur de Berlin faisant la part belle à la géométrie des bâtiments. « Nous les voyons comme des sujets ornementaux. Le temps les traverse, et pour montrer sa “tâche”, nous avons utilisé la technique de la translation des points. Le résultat ? Une image avec beaucoup de couleurs, un rythme, une géométrie », expliquent-ils. Un assemblage minimaliste déconstruisant pour mieux reconstruire les singularités de l’espace public.

 

Palazzi Collection, The Berlin Issue, 20€, 102 p. 

© Ama Split et Riky Kiwy© Ama Split et Riky Kiwy

© Ama Split et Riky Kiwy

© Ama Split et Riky Kiwy© Ama Split et Riky Kiwy

© Ama Split et Riky Kiwy

© Ama Split et Riky Kiwy

Image d’ouverture : © Billy Lavière

Explorez
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
À l'instant   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina